Les taux du crédit immobilier poursuivent leur chute "à des niveaux inconnus jusqu'alors"

le , mis à jour à 15:10
35

La baisse des taux du crédit immobilier pousse les primo-accédants à allonger la durée de leur emprunt pour devenir propriétaires.
La baisse des taux du crédit immobilier pousse les primo-accédants à allonger la durée de leur emprunt pour devenir propriétaires.

Les taux du crédit immobilier ont enregistré un nouveau record de faiblesse en France au mois de juin. La baisse des taux profite naturellement aux acheteurs. Les gains de pouvoir d’achat restent limités pour les primo-accédants, qui empruntent pour des durées de plus en plus longues.

Au mois de juin 2016, le taux moyen des crédits immobiliers accordés aux particuliers français est tombé à seulement 1,60%, hors assurance et « coût des sûretés », selon le dernier baromètre de l’observatoire Crédit Logement/CSA. Dans l’ancien, le taux moyen est tombé à 1,59%, son plus bas niveau historique.

Le taux moyen à 25 ans est passé à 1,99%, contre 3,70% fin 2012. À 15 ans, le taux moyen est tombé à 1,44%, contre 3,13% fin 2012.

Evolution des taux moyens à 15, 20 et 25 ans depuis décembre 2012. Source : Observatoire Crédit Logement
Evolution des taux moyens à 15, 20 et 25 ans depuis décembre 2012. Source : Observatoire Crédit Logement / CSA.

Les taux sont « 3,5 fois moindres que ceux observés au début des années 2000 »

Pour Crédit Logement / CSA, la baisse des taux « ne peut que surprendre, parce qu’elle amène les taux des crédits immobiliers à des niveaux inconnus jusqu’alors, 3,5 fois moindres que ceux observés au début des années 2000, par exemple ».

La baisse des taux n’a pourtant rien de très étonnant dans un contexte d’inflation zéro, de politique monétaire ultra-accommodante de la part de la BCE et de baisse des taux généralisée sur les marchés obligataires.

Une certaine corrélation s’observe en effet entre les taux du crédit immobilier et la tendance des taux d’emprunt de l’Etat français sur le marché obligataire, ces derniers étant pris en compte par les banques pour définir leurs taux de crédit en y ajoutant une « prime de risque » spécifique à chaque emprunteur particulier.

La durée des crédits s’allonge pour les « primo-accédants »

Au cours du mois de juin 2016, la durée moyenne des prêts immobiliers accordés aux particuliers a été de 206 mois (17,16 ans). Pour les primo-accédants dans l’ancien, la durée moyenne des prêts accordés a été de 222 mois (18,5 ans).

La durée des prêts pour les primo-accédants a tendance à s’allonger depuis plusieurs années. Ainsi, 57,7% des prêts à l’accession se sont faits pour des durées de plus de 20 ans en juin 2016, alors qu’en 2013, seuls 44,5% des prêts à l’accession dépassaient cette durée. Seuls 16% des primo-accédants ont eu recours à un prêt de moins de 15 ans au cours du mois dernier.

Ce phénomène peut s’expliquer de deux manières différentes, soit par le niveau élevé des prix de l’immobilier, notamment dans les grandes villes, qui pousse les nouveaux acheteurs à s’endetter de plus en plus lourdement, soit par le souhait des primo-accédants de bénéficier de mensualités de remboursement plus faibles en profitant de la baisse des taux pour obtenir des crédits de plus longue durée pour un coût d’emprunt équivalent.

Xavier Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Jermaup il y a 4 mois

    Dans le film " The big short ", 15 % de défaut de remboursement sur les crédits immobiliers suffit à effacer les créances des prêts hypothécaires logées dans les banques.Pourquoi ? parce que les salaires stagnent, le chômage progresse, qu'en France l'immobilier s'est transformer de capital en dette, que les banques ne peuvent plus se refinancer par des taux historiquement bas.

  • Jermaup il y a 4 mois

    Stress test de la BCE que prévoyait le scénario catastrophe français en 2014 ? Le plus intéressant est que les prix de l'immobilier chuteraient de 30 % «En France, nous ne sommes pas à l'abri d'une correction des prix importante», confie un régulateur. Ce qui impacterait fortement les banques dont les actifs sont en grande partie constitués de prêts hypothécaires. "Pyramide de Ponzy" , les emprunteurs d'aujourd'hui allégés par des taux bas sauveraient les créanciers de demain : -)

  • Jermaup il y a 4 mois

    Comme en cas de guerre Il ne faut pas être celui qui prendra la dernière balle. Pour le marché immobilier il ne faut pas être le dernier acheteur avant l'effondrement : -)

  • c.voyant il y a 4 mois

    Le destin inexorable d'un immeuble est de tomber en ruines, rien ni personne ne peut peut contrarier ce destin.

  • c.voyant il y a 4 mois

    L'état appelle çà la relance de l'investissement des ménages, il compte ainsi sur la création monétaire des particuliers sous forme d'endettement pour relancer l'économie.

  • c.voyant il y a 4 mois

    Pour l'acheteur une baisse des prix vaut 1000 fois une baisse des taux en termes d'économie. Quand l'acheteur a moins besoin d'emprunter peu importe les taux.

  • Jermaup il y a 4 mois

    Tous les patrimoines valorises depuis 15 ans sont surévalués de 30%. La population active en age de travailler n'à plus la solvabilité de ses aînés, les perspectives de salaire, de carrière, de revenu se sont gravement dégradé. Les 45 milliards d'aides au logement du gouvernement maintient sous perfusion la bulle immobilière Française. Le prix des biens immobiliers ne tiennent pas compte des coûts cachés, charges fiscales, et d'entretient, surtout pour les biens obsolètes de plus de 60 ans.

  • Jermaup il y a 4 mois

    Le prix d'une Ferrari est toujours une Ferrari même si on la paie en 5 fois ou 10 fois ...En 1998 un 45 m2 dans le 14 ième valait 435 000 francs, il vaut la même chose aujourd'hui en euro. Maintenant un salarié ne gagne pas 12 000 euros, le marché du travail avec ses perspectives est infiniment plus tendu.

  • indyta il y a 5 mois

    on ne citera pas les annees 60 a 80-90,quand des fortunes se sont crees,un pote,par exemple...

  • indyta il y a 5 mois

    un petit salarié.