Les seniors passent 13h15 sur Internet chaque semaine

le
0

Une population connectée, qui optimise sa consommation de loisirs grâce au web, mais qui doit aussi suppporter les charges de ses parents et de ses enfants. C'est en substance le portrait-robot des 50-75 ans européens selon le baromètre Cetelem.

Plus aisés que la moyenne, les seniors? C'est en tout cas la conclusion du dernier baromètre Cetelem-intitulé «Vers l'âge d'or de la silver économie»- dévoilé ce matin par Europe 1. Selon l'étude en effet, les Européens entre 50 et 59 ans affichent un revenu moyen de 1700 euros nets par mois. Un montant supérieur de 12% aux revenus des autres classes d'âges, même si les seniors, et surtout les retraités, se caractérisent aussi par une forte disparité dans leurs revenus. Ceux âgés entre 60 et 75 ans affichent, eux, des revenus de 1600 euros nets mensuels (+5% que les autres classes d'âge).

Soutien sur trois générations

Les seniors sont des consommateurs avertis, note l'étude. Avec certaines particularités propres à leur âge. En effet, leurs dépenses de loisirs courants s'articulant autour du jardinage, du bricolage ou de la lecture, selon l'observatoire. Or, ces postes de dépenses étant particulièrement peu coûteux, les seniors conservent les moyens de dépenses de loisirs ponctuels importantes. Avec, au premier rang, les voyages. 40% en effet s'y adonnent, un chiffre supérieur de 4 points par rapport aux générations plus jeunes.

Et ces consommateurs n'hésitent plus à utiliser un nouvel atout pour optimiser leurs achats: Internet, dont ils sont des utilisateurs massifs. Les seniors passent en effet pas moins de 13h15 par semaine sur le web (soit une heure de plus que leurs cadets), privilégiant les réseaux sociaux, et les comparateurs de prix pour trouver les meilleurs offres, même s'ils apprécient encore majoritairement l'achat dans un point de vente physique

Reste que l'une des caractéstiques de dépenses de cette classe d'âge en pleine expansion démographique c'est … la solidarité avec les autres tranches d'âge de leur environnement familial. Les seniors sont en effet «pris entre deux feux»: d'un côté ils dépensent pour aider leurs enfants et petits-enfants (80% d'entre-eux y contribuent) notamment dans l'acquisition d'un bien immobilier, quand ils ne les logent pas directement chez eux (32%).

De l'autre, ils doivent parfois subvenir aux besoins de parents appartenant à la tranche supérieur, celle des plus de 80 ans, concernés par des problématiques de dépendance et de frais de maison de retraite ou d'aide à domicile. Un rôle pivot dans la solidarité familiale et un poids démographique croissant qui, selon l'observatoire Cetelem «rendent cette population incontournable pour les commerçants».

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant