Les salariés français ne travailleront pour eux qu'à partir du 29 juillet

le , mis à jour à 09:29
14

EXCLUSIF - Mauvaise nouvelle pour le pouvoir d'achat des Français. Ils doivent travailler un jour de plus cette année pour l'État.

Cette année la libération ficale des Français, c'est à dire le jour à partir duquel ils travailleront pour eux et non plus pour financer la puissance publique, interviendra le 29 juillet. C'est un jour plus tard qu'en 2014, selon le rapport de l'Institut économique Molinari, un think-tank libéral franco-belge, avec l'appui du cabinet de conseil EY Belgique, que Le Figaro publie en avant-première. En Europe, seuls les Belges encore plus mal lotis, avec une «libération fiscale» qui intervient le 6 août.

L'indicateur de «libération fiscale» mesure le poids des impôts (impôt sur le revenu, TVA) et des charges sociales (cotisations patronales et salariales, CSG-CRDS) pour les seuls actifs. Un poids qui atteint 57,5 % du salaire dans l'Hexagone (45,1 % dans l'Union européenne).

Si l'on compare les études de l'institut Molinari sur plusieurs années, il en ressort que depuis 2010, les Grecs ont perdu 31 jours de liberté fiscale et les Autrichiens 15 jours. Mais ce sont les Français et les Belges, avec 3 jours de pouvoir d'achat en moins, qui restent les champions européens de la fiscalité. Car, malgré 21 et 13 jours de liberté fiscale en moins, l'Espagne et le Portugal conservent une pression fiscale inférieure à la moyenne de l'UE. À l'inverse, sur la même période, une dizaine de pays (dont l'Allemagne et le Royaume-Uni) ont regagné entre 9 et 15 jours de pouvoir d'achat grâce aux baisses de charges et d'impôts.

Cet acharnement fiscal, qui avait été enclenché dès 2011, mais que François Hollande a fortement développé depuis 2012, ne débouche pas pour autant sur une amélioration des finances publiques. Au contraire, puisque le déficit public français était encore de 4% du PIB en 2014.

Si les ménages français sont lourdement prélevés, c'est à cause des charges sociales. La France est numéro un parmi les États de l'OCDE. Une position liée au poids très élevé des cotisations sur les salaires acquittées par les employeurs. Pendant des années, les différents gouvernements, mais aussi les partenaires sociaux, ont considéré qu'il était indolore d'augmenter les prélèvements pour financer les régimes de retraite, l'assurance-chômage. A l'inverse, le produit de l'impôt sur le revenu (IR) est assez faible puisqu'il ne rapporte que 69 milliards en 2014 et que plus d'un foyer sur deux n'en paye pas. Quant aux recettes de TVA, elles représentent moins de 7% du PIB, et la France se classe au sixième rang des pays européens pour avoir la TVA la plus basse.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dchatene le lundi 10 aout 2015 à 09:21

    C"est surtout un grand n'importe quoi ! une intox pour qi inférieur à la moyenne ....

  • M3366730 le jeudi 6 aout 2015 à 22:14

    Hé oui, il faudrait dégraisser tous les mammouths, mais là il faut une réelle volonté de ce GvT d'assistés.

  • bearnhar le jeudi 6 aout 2015 à 19:10

    akelaca : en effet pour beaucoup le jour de liberation fiscale c'est le 1er Janvier !

  • dioptaze le mardi 4 aout 2015 à 22:21

    Inadmissible socialos au trou!!! les travailleurs en on assez!!!!

  • sherrero le lundi 3 aout 2015 à 11:08

    posez vous la bonne question en 30 ans la parité euro / dollar us était à 1,14 euro à ce jour l’Europe est une grosse bulle qui mange tout le cash qu'elle peu est la France suit le rythme car n'oubliez pas que l’Europe c'est aussi nous tous qui la payons merci a vous tous....

  • clausfer le lundi 3 aout 2015 à 09:25

    Oui, mais la cantine est bonne, à l'assemblée! Les temps des instituteurs et prolos élus députés est révolu. Ils ont été remplacés par une aristocratie où règnent de nouvelles "Familles"

  • M362321 le lundi 27 juil 2015 à 14:10

    Encore du grand journalisme. Non sans blague ???

  • hvin99 le lundi 27 juil 2015 à 13:34

    Déjà, si l'ensemble de nos dirigeants connaissait le vrai monde, l'entreprise, les fins de mois ... Bref, la majorités sont des étudiants qui ont rejoint des parties et qui ont évolué dans l'enceinte des partie et du pouvoir. Il n'ont pas une vue de la réalité, sauf celle issue de statistiques. Le bon sens a disparu. Bref, il y a peu de chance que cela change.

  • akelacca le lundi 27 juil 2015 à 10:55

    L'article est très intéressant mais comporte un biais important. L'inégalité devant l'impôt. En effet, il y as beaucoup trop de disparité dans le système fiscal Français pour exploiter ce chiffre. Ce qui serais intéressant serait de faire des catégories. De voire une courbe de la pression moyenne en fonction des revenus. Car là a part pour indiquer que l'on paye plus d'impôt d'année en année, ce qu'il est simple de voire. Cela ne nous apprend rien.

  • fignar le lundi 27 juil 2015 à 10:08

    ce pays est dans une impasse,personne ne veut réformer ,gauche comme droite se sont partagés le pouvoir depuis la guerre en enfonçant l 'économie.Les extrêmes n'étant pas une solution viable bien que parfois tentantes ;je suis comme beaucoup de français complétement perdu .