Les Républicains : Wauquiez et Woerth s'écharpent pour l'intérim de Sarkozy

le
0
Laurent Wauquiez, Nicolas Sarkozy et Éric Woerth, en train de voter lors du conseil national du parti  Les Republicains (LR), le 2 juillet 2016.
Laurent Wauquiez, Nicolas Sarkozy et Éric Woerth, en train de voter lors du conseil national du parti  Les Republicains (LR), le 2 juillet 2016.

Jeudi 25 août, à Châteaurenard (Bouches-du-Rhône), Nicolas Sarkozy devrait annoncer sa candidature à l'élection présidentielle et, de fait, sa participation à la primaire de la droite et du centre. Conséquence directe : l'actuel président des Républicains sera dans l'obligation de démissionner de son poste, comme le stipulent les statuts du parti, votés en mai 2015.

Mais à qui reviendra alors la tâche d'assurer l'intérim ? Qui deviendra le patron du mouvement jusqu'à ce que le vainqueur de la primaire soit connu ? Depuis quelques mois, Laurent Wauquiez, vice-président délégué des Républicains, et Éric Woerth, secrétaire général, affichent un profond désaccord sur la question : le premier tient à récupérer le job, tandis que le second prône une direction collégiale.

Pourtant, les textes fondateurs du mouvement, retouchés en vue de la primaire, sont censés ne pas laisser la place au moindre litige, à la moindre hésitation. « Leurs négociations ont même été très liées à la situation personnelle de Nicolas Sarkozy. On savait tous qu'il était revenu en politique pour se présenter à l'élection présidentielle et qu'il allait devoir quitter la présidence, confie le député Thierry Solère, organisateur de la primaire. De grands juristes ont participé à l'élaboration de ces statuts, ils sont très clairs. » Visiblement pas assez pour Woerth et Wauquiez, qui jouent chacun leur carte juridique.

...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant