Les réfugiés à l'assaut de Béziers : la crise migratoire vue par Robert Ménard

le
0
Robert Ménard juge que son photomontage n'est pas plus condamnable que le recadrage de la photo du petit Aylan d'où, explique-t-il, deux pêcheurs ont disparu. 
Robert Ménard juge que son photomontage n'est pas plus condamnable que le recadrage de la photo du petit Aylan d'où, explique-t-il, deux pêcheurs ont disparu. 

Le journal municipal de Béziers, dont le maire Robert Ménard est proche du Front national, suscite une nouvelle polémique en publiant dans son dernier numéro un photomontage laissant penser que les réfugiés vont envahir la ville. Le cliché, pris en juin en Macédoine par un photographe de l'AFP, montre des hommes, des femmes et des enfants s'apprêtant à monter dans un train. Mais sous le titre « Ils arrivent, le dossier des demandeurs d'asile à Béziers », le journal municipal a ajouté deux affichettes sur deux fenêtres du wagon : « Béziers 3 865 km » et « Scolarité gratuite, hébergement et allocation pour tous ! ».

LIRE aussi l'éditorial d'Antoine Delhommais « Pourquoi les migrants évitent la France »

« Où est passée l'humanité ? » (Montebourg)

Si Robert Ménard voulait « faire le buzz », c'est réussi. Il s'est une nouvelle fois attiré une volée de bois vert de la part d'élus de droite comme de gauche. Le Parti socialiste a condamné « le nouveau dérapage de la mairie de Béziers ». « Ce détournement d'image et les sous-entendus agitant le fantasme d'une « invasion » de la part de ces demandeurs d'asile, déshonore ses auteurs qui, par cette manipulation grossière, tendent à remettre en cause le droit d'asile et la protection des réfugiés », a ajouté le PS dans un communiqué.

« Une honte pour la République », a réagi le député UDI Yves Jégo...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant