Les policiers s'émeuvent de la fermeture du stand de tir de La Courneuve

le
0
Ouvert en 1977, le stand de tir de La Courneuve est menacé de fermeture.
Ouvert en 1977, le stand de tir de La Courneuve est menacé de fermeture.

La Direction générale de la police nationale (DGPN) a décidé d'autoriser le port d'arme à ses agents en dehors de leur service pendant toute la durée de l'état d'urgence. Mais nombre de forces de l'ordre regrettent qu'on ne leur permette pas de s'entraîner davantage. "Nous faisons trois séances de tirs seulement par an. C'était déjà insuffisant avant les événements de novembre. Cela l'est davantage depuis", confie ainsi Luc (1), de la Bac 93 (Seine-Saint-Denis). Cela frise même l'indigence si l'on précise qu'à chaque session les policiers ne sont autorisés à vider que 2 chargeurs de 15 balles, restriction budgétaire oblige !

Cette situation risque de s'aggraver encore si le conseil d'administration du Syndicat interdépartemental de gestion des parcs sportifs de Paris et de Seine-Saint-Denis (SIGPS 75-93), qui se réunit jeudi soir, décide de fermer le stand de tir de La Courneuve. Cette structure, inaugurée en 1977, a beau être ouverte au grand public, elle est aussi fréquentée par les forces de sécurité.

"Des unités de la police nationale, de nombreuses brigades de police municipale, mais aussi les services des douanes viennent régulièrement sur place pour améliorer leurs techniques de tir", témoigne Mario Palleschi, président de l'Union sportive de police de tir de Bobigny, l'une des six associations qui fréquentent le lieu. "Sur les 650 personnes inscrites, la part des policiers est minime", nuance Didier...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant