Les perquisitions contre les musulmans "font le jeu de l'État islamique"

le
0
La réaction de Aïssam Aït-Yahya aux attentats du 13 novembre : chercher les explications géopolitiques, car, explique-t-il, les terroristes n'en veulent ni au camembert ni à la musique rock. (Photo d'illustration)
La réaction de Aïssam Aït-Yahya aux attentats du 13 novembre : chercher les explications géopolitiques, car, explique-t-il, les terroristes n'en veulent ni au camembert ni à la musique rock. (Photo d'illustration)

Des chiens qui reniflent des livres. Le 21 novembre, dans le cadre de l'état d'urgence, la police a scrupuleusement inspecté les stocks des éditions Nawa, en Ardèche, faisant chou blanc malgré des heures de fouilles. Que publie Nawa pour mériter une telle attention ? En tête de ses ventes, Aïssam Aït-Yahya (un pseudonyme), jeune essayiste musulman méconnu des médias, malgré six livres écoulés depuis 2011 à plusieurs milliers d'exemplaires. Pour ce partisan d'un islam décomplexé, qui se revendique salafiste, la laïcité à la française exigerait des musulmans qu'ils renoncent à leur religion. Ses cibles préférées : la démocratie et les musulmans libéraux, comme l'imam Tareq Oubrou ou le rappeur Abd al Malik. En somme, un auteur de pamphlets, une tradition très? française.

Aïssam Aït-Yahya est l'avatar intellectuel de cette jeunesse musulmane en rupture de ban avec la République. Même si les attentats l'ont choqué, il ne sera jamais « Charlie ». Il condamne la violence terroriste, combat la théologie de Daech ? mais s'étonne que le « djihad » soit criminalisé, quand ceux qui combattent du côté des Kurdes sont montrés en héros.

Le Point : Votre éditeur, Nawa éditions, a été perquisitionné. Est-ce que vos livres ou votre éditeur ont un lien avec les attentats ?

Aïssam Aït-Yahya : Il n'y a absolument aucun lien entre nos...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant