Les jours du plastique jetable sont comptés

le
2

Après dix ans de bisbilles, un décret confirme la fin des sacs plastique à usage unique au 1er juillet prochain. Mais ce n'est que le début d'une vaste offensive visant de nombreux produits plastique jetables: sachets pour les fruits et légumes, gobelets et emballages de catalogues.

Les sacs de caisse en plastique fin sont interdits à partir du 1er juillet, date fixée dans le décret paraissant ce 31 mars. En interdisant ces sacs fragiles et difficiles à recycler, la France va plus loin que le législateur européen, qui impose aux États membres de rendre ces sacs payants d'ici à 2018 ou de réduire leur nombre à 40 sacs par personne et par an d'ici à 2025.

«Dix-sept milliards de sacs plastique sont encore consommés chaque année en France, dont 8 milliards sont abandonnés dans la nature, souligne la ministre de l'Environnement Ségolène Royal, qui a intégré cette interdiction, envisagée depuis dix ans, dans sa loi sur la transition énergétique et pour la croissance verte. Mais ce n'est que le début de la croisade du gouvernement contre les produits plastique jetables, qui vise à promouvoir le compostage à domicile et les matériaux biosourcés.

Les dates à retenir

• 1er juillet 2016. Première partie de l'offensive, les sacs de caisse en plastique à usage unique seront interdits. Le décret, pris en application de la loi sur la transition énergétique et pour la croissance verte, définit ce sac par sa seule épaisseur (inférieure à 50 microns) et non plus par sa taille. Seuls les sacs en plastique plus épais ou ceux fabriqués à partir d'une autre matière (papier, tissu…) sont autorisés.

• 1er janvier 2017. L'interdiction devrait être étendue aux sacs en plastique pour l'emballage de produits alimentaires (fruits, légumes, fromage...). Ils devront être remplacés par des sacs compostables à domicile et faits à partir de matières biosourcées (pomme de terre, maïs...). Il en va de même pour les emballages de presse et les catalogues («blister»), mais les collectivités locales et l'administration fiscale devraient échapper à cette obligation. «Le délai risque d'être un peu court pour ces produits, car il est plus difficile de trouver des alternatives biosourcées pour les machines de routage, qui emballent les magazines et autres catalogues en toute vitesse», observe François Gerardi, délégué général d'Elipso, la fédération des fabricants d'emballages en plastique.

• 2020. Une partie de la vaisselle jetable en plastique (gobelets, verres, assiettes, mais pas les couverts...) sera vraisemblablement interdite en 2020. Même si la date est très lointaine, la ministre de l'Environnement a dès fin février envoyé son projet pour validation à Bruxelles. Là aussi, la future loi prône les produits compostables à domicile (en moins d'un an) et l'usage de matières biosourcées. Ces objectifs sèment chez les industriels plus de doute que pour le sac plastique, notamment car il est difficile de mettre au point des produits qui résistent à la chaleur ou à l'humidité, mais qui soient néanmoins compostables.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le jeudi 31 mar 2016 à 11:58

    C'est quand même pas trop tôt...???...ça plus de vingt ans que l' on en connaît tous les désagréments...une honte pour tous les gouvernements...:-(((

  • doussine le jeudi 31 mar 2016 à 11:36

    ENFIN !!!