Les hausses d'impôts ont légèrement les inégalités en 2013

le
24
LES HAUSSES D'IMPÔTS ONT LÉGÈREMENT LES INÉGALITÉS EN 2013
LES HAUSSES D'IMPÔTS ONT LÉGÈREMENT LES INÉGALITÉS EN 2013

PARIS (Reuters) - Les hausses des prélèvements obligatoires décidées par le gouvernement ont légèrement réduit les inégalités de niveau de vie en France l'an dernier, selon le Portrait social 2014 de l'Insee publié mercredi.

Ces mesures - gel du barème de l'impôt sur le revenu et de la prime pour l'emploi, fin de l'exonération fiscale des heures supplémentaires, tranche à 45% de l'impôt sur le revenu, réduction de l'avantage du quotient familial et de l'abattement pour frais professionnels - ont ainsi réduit de 1,7% le niveau de vie moyen des 10% les plus aisés contre 0,3% pour les autres.

Globalement, elles ont fait reculer de 0,6% le niveau de vie moyen.

Le rapport entre le niveau de vie moyen des 10% les plus riches et celui des 10% les plus modestes s'est établi à 6,5, alors qu'il aurait été de 6,6 sans ces mesures.

En 2013, 61% des ménages étaient imposés, soit 16,5 millions, et 55% des foyers fiscaux, précise l'institut de la statistique.

Les nouvelles mesures ont fait augmenter de 670.000 le nombre de ménages imposés et elles se sont traduites par une hausse de 280 euros de l'impôt sur le revenu en moyenne par ménage imposé.

L'impôt sur le revenu des 10% de ménages les plus aisés a augmenté de 800 euros en moyenne.

(Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fbordach le jeudi 20 nov 2014 à 07:07

    On finira ainsi tous pauvres! C'est le changement...

  • M601364 le jeudi 20 nov 2014 à 06:40

    Les retraités qui ont travaillé 60 h par semaine toute leurs vie sont récompensés par un gel des retraites , les fonds étant bouffé par les fonctionnaires EDF GDF ETC

  • M3366730 le mercredi 19 nov 2014 à 20:42

    C'est vrai niveler par le bas c'est toujours ça à gauche en attendant le "régime" de retraite déficitaire des fonctionnaires et spéciaux ponctionnent depuis des années des milliards d'euros dans les fonds AGIRC/ARCCO, CNAVTS et via les contribuables (impôts) : en 2012 en tout + de 57 milliards d'euros !. Donc il faut demander aux fonctionnaires et régimes spéciaux de financer leur déficit par des augmentations drastiques notamment des cotisations salariales.

  • 11881561 le mercredi 19 nov 2014 à 17:58

    Reuter VERIFIE LA SYNTAXE DU TITRE !!

  • mlaure13 le mercredi 19 nov 2014 à 15:35

    L'Insee, compte 23,8 millions de salariés au 31/12 2013... les 7 millions de vrais et faux fonctionnaires représentent 29,4 % du total, près d'un salarié sur trois ! La plupart de nos concitoyens pensent que les « foncs » pèsent 20 % du monde salarial, 1 employé sur 5, ce qui est déjà énorme en soi. En vérité en se débarrassant des œillères mafieuses officielles, on comprend mieux pourquoi ce chiffre de 20 % est répété à satiété. 1 sur 5, c'est trop, mais tellement moins et mieux que 1 sur 3 !!!

  • mlaure13 le mercredi 19 nov 2014 à 15:35

    Ils ne sont recensés dans aucune étude et, à notre connaissance, aucun "rapport" ne les analyse ; le vrai chiffre tourne autour du million et plutôt plus que moins, nous allons rester dans le bas de la fourchette et retenir le chiffre de 800 000, ce qui nous conduit à un total général de 7 millions de salariés, vrais et faux fonctionnaires, tous payés par des fonds publics, c'est-à-dire par les contribuables corvéables !...

  • mlaure13 le mercredi 19 nov 2014 à 15:35

    Qqs élèves de l'ENA(promo/2009), ns éclairent: ils ont pondu une note sur le monde associatif, dont le projet est articulé à l'action publique (dit avec l'élégance administrative qui convient), et découvert qu’elles représentent 15 % des associations qui sont de l'ordre de 1 million, mais surtout, 83 % de leur budget cumulé et la quasi-totalité de leurs emplois salariés. Ceci datant de 2007-2008, on imagine, vu les dérives des collectivités locales, l'aggravation du système mafieux

  • mlaure13 le mercredi 19 nov 2014 à 15:34

    Il existe une autre catégorie de sous-foncs, rémunérée par des fonds publics, soit 700 000 à 1 million de citoyens, employés par des "organismes privés à financement public dominant" (selon la formule du rapport), qui sont dans l'enseignement privé, la santé, la protection sociale, les associations, tous dépendants de l'État ou des collectivités locales, « organismes privés chargés d'une mission de service public", associations subventionnées, souvent à fonds perdus, par nos collectivités locale

  • mlaure13 le mercredi 19 nov 2014 à 15:34

    Ils sont à la SNCF, la RATP, La Poste, à la Banque de France, Airbus, Areva ou à France Télévision. Ces fonctionnaires déguisés ne changeraient pour rien au monde, car ils échappent aux inconvénients de la fonction publique, comme l'obligation de mutations antipathiques. Ces super privilégiés, non-fonctionnaires, mais payés par des fonds publics, sont environ 700 000, selon ce "rapport annuel", ce qui, ajouté à nos 5,5 millions, fait déjà un total (provisoire) de 6,2 millions.

  • mlaure13 le mercredi 19 nov 2014 à 15:33

    Sauf que ces chiffres ne tiennent pas compte des faux fonctionnaires, des ersatz de fonctionnaires, des simili-fonctionnaires, des nombreux régiments de salariés qui sont payés avec de l'argent public et qui sont, au bas mot, 1,5 million à dépendre des contribuables. Ils n'ont pas le statut de la fonction publique mais bénéficient souvent des mêmes avantages et parfois de qqs autres en plus, en particulier de régimes spéciaux en or massif.