Les grillages anti-SDF posés sur des bancs à Angoulème choquent

le
6

PARIS (Reuters) - La décision de la municipalité UMP d'Angoulême (Charente) de faire poser des grillages la veille de Noël autour de neuf bancs publics de la ville afin d'empêcher des SDF de s'y installer a suscité jeudi des réactions d'indignation.

La mairie a expliqué avoir pris cette mesure en concertation avec des commerçants proches du Champ de Mars car les bancs étaient "utilisés quasi-exclusivement par des personnes qui se livrent à une alcoolisation récurrente, tous les jours".

Des commerçants de la galerie marchande ont fait valoir que la présence des SDF faisait chuter leur clientèle.

De nombreux internautes ont dénoncé une "indignité locale" et un "manque d'humanisme" en période de Noël. "Guantanamo ?

- Non non, Angoulême", se moque l'un d'eux. D'autres ont menacé de boycotter le festival de la bande dessinée de la ville.

"Noël à Angoulême... des bancs en cage... nous vous souhaitons le contraire : une belle ouverture à tous", écrit le collectif Les morts de la rue sur son compte Twitter.

"Quelle honte, ce n'est pas ça la France", dit l'ancien député socialiste Guillaume Garot.

Face aux réactions, le directeur de cabinet du maire n'a pas exclu d'enlever les grillages provisoirement après avoir constaté des dysfonctionnements, sans pour autant remettre en question le fondement de son initiative.

"Nous avions plutôt prévu de les installer après les fêtes et d'y mettre dans la foulée des galets pour respecter l'aspect esthétique et minéral de la place. Nous n'excluons pas de retirer provisoirement les grilles", a-t-il dit à la Charente libre.fr.

Jean Guiton, l'adjoint chargé de la sécurité, avait auparavant avancé que la date de pose des grillages, veille de Noël, était fortuite, et que la mesure s'inscrivait dans un dispositif global comprenant de la vidéo-surveillance, une police municipale renforcée, et une médiation sociale auprès de SDF.

(Gérard Bon)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le samedi 27 déc 2014 à 19:01

    Et UN qui s’en bat les K… avec d’autres: Hollande, 32 ans de droits pour 3 de travail à la Cour des comptes : retraite de 5 000 €/ bruts/mois; s'ajoutent 6 000 € / fonctions locales, puis 6 800 €/ de parlementaire, et 6 000 €/ retraite de Pdt de la République, encore 12 000 € (futur) membre du Conseil constitutionnel !...Soit + de 35 000 €/mois. Belle la vie de nos Elus politicards mafieux...Moyenne en France: 1 250 €?... Cherchez l’erreur !!!...

  • M5850553 le jeudi 25 déc 2014 à 19:33

    Et D ou G n'ont rien fait pour éviter çà!!!!je dis bien D et G !!!!

  • M5850553 le jeudi 25 déc 2014 à 19:32

    C'est GRAVISSIME!!!!!!!Car les étrangers qui sont assis sur ces memes bancs,toute la journée,à narguer ceux qui bossent!!!là on n'ose rien dire!!!ni s'assoir!!!!!!Nos sdf ont plus droit aux bancs qu'eux!!!!!!osons!!!dire!!!!

  • boudet le jeudi 25 déc 2014 à 17:27

    Le problème principal est que la politique "sociale" du gouvernement ne marche pas du tout et qu'il y a encore beaucoup plus de pauvres depuis 2012.

  • nanard83 le jeudi 25 déc 2014 à 14:14

    Moi qui suis un français moyen et NORMAL , je ne suis pas choqué par cette mesure

  • nanard83 le jeudi 25 déc 2014 à 14:12

    Les SDF peuvent aller dans les abris prévus à cet effet par la Ville Le seul problème c'est que ces lieux sont gérés et l'alcool prohibé