Les grèves incitent davantage les Français à partir en vacances à l'étranger cet été

le
0

L'Espagne, l'Italie et le Portugal, en très forte progression, de même que des destinations long-courrier, séduisent les consommateurs excédés par les conflits sociaux, selon le cabinet Protourisme. Le Comité régional du Tourisme de Paris et d'Île-de-France tire la sonnette d'alarme.

Après les risques de pénurie d'essence en mai, la galère dans les transports ferroviaire et aérien en juin, à laquelle s'ajoute l'amoncellement des déchets dans les rues de Paris et de plusieurs villes de province, les Français en ont ras-le bol des tensions sociales qui perturbent leur quotidien. À tel point qu'ils sont plus nombreux à envisager finalement de partir à l'étranger pour leurs vacances d'été. Selon l'étude annuelle du cabinet Protourisme*, 27,6 millions de Français envisagent de partir cet été, soit légèrement moins qu'en 2015, une année faste qui avait été marquée par 28,9 millions de départs en vacances.

D'après les calculs du cabinet, 20,1 millions vont opter pour une destination en France (soit 1,5 million de personnes en moins que l'été dernier), et 7,5 millions pour l'étranger. «Lorsque l'on compare les résultats de notre enquête avec ceux du même sondage réalisé en janvier, puis en mars, on constate très clairement une baisse des intentions de départs en France», explique au Figaro Didier Arino, directeur de Protourisme. Signe de ce revirement, les intentions de réservations d'un hébergement marchand (hôtel, camping, village-vacances etc.) dans l'Hexagone ont significativement baissé (- 800.000 personnes) entre janvier et juin, pour s'établir à 19,7 millions de vacanciers.

» LIRE AUSSI: «Ne pas partir en vacances est une forme d'exclusion sociale»

«Les Français sont excédés par le climat social et les grèves à répétition. Ceux qui ont planifié leurs vacances entre mars et juin, sont nombreux à avoir finalement opté pour un séjour à l'étranger», explique Didier Arino. «La principale chute des intentions de départs concerne les familles avec des revenus moyens, la frange de la population qui a ressenti le plus les désagréments liés aux grèves, qui a du prendre des jours de congés pour se réorganiser», précise-t-il.

3 millions d'indécis

Paris et la région Île-de-France, une destination qui était très tendance pour les Français ces dernières années, souffrent particulièrement de ce désamour. «Les adeptes du tourisme urbain reportent leurs escapades sur des villes comme Bordeaux ou Toulouse, lorsqu'ils restent en France, ou bien sur des alternatives très à la mode comme Berlin, Barcelone ou des villes d'Europe du Nord.» La semaine dernière, à quelques jours de l'ouverture de l'Euro 2016, le Comité régional du tourisme (CRT) Paris Ile-de-France a tiré la sonnette d'alarme. «Il est encore temps de sauver la saison touristique en mettant fin à ces blocages relayés dans le monde entier. C'est l'ensemble de la filière du tourisme de loisirs et d'affaires qui est pénalisé», a plaidé Frédéric Valletoux, son président, dans un communiqué. En Île-de-France, 500.000 emplois dépendent de ce secteur.

» LIRE AUSSI: L'Euro 2016 sera positif sur l'économie... si les grèves ne viennent pas tout gâcher!

Plus globalement, les envies d'ailleurs des Français bénéficient à l'Espagne, première destination de vacances de ceux qui ne partent pas en France cet été, à l'Italie ou encore au Portugal, qui est en «très forte progression», relève Didier Arino. Le long-courrier a de nouveau la cote, en particulier l'Asie, les États-Unis ou encore Cuba. «Ce n'est pas une bonne nouvelle pour la France. À un moment où on observe une contraction des visites de touristes étrangers qui viennent de loin, notamment des Japonais, des Russes et des Chinois, les Français se mettent à partir plus loin», commente le directeur de Protourisme.

La tendance peut encore toutefois évoluer: l'étude montre que 3 millions de Français sont indécis. Ils scrutent des opportunités de prix cassés ou des prévisions météo favorables avant de se décider ou non à partir à la dernière minute.

» LIRE AUSSI: Les Français vont consacrer 2233 euros pour leurs vacances d'été

»» LIRE aussi: Quelle assurance pour une location de voiture

* L'étude a été réalisée selon la méthode des quotas auprès de 2024 personnes entre le 22 mai et le 1er juin.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant