Les garagistes devront proposer des pièces détachées d'occasion dès 2017

le
1

Les garagistes devront proposer des pièces détachées d'occasion à leurs clients dès le 1er janvier 2017. Initiée dans le cadre de la loi de transition énergétique, la mesure devrait permettre d'importantes économies.

C'est une mesure qui devrait réduire la facture d'entretien. À compter du 1er janvier 2017, les garagistes auront l'obligation de proposer des pièces de rechange d'occasion si leur client en fait la demande. Cette nouvelle disposition s'inscrit dans un décret signé ce mardi dans le cadre de la loi de transition énergétique par la ministre de l'Environnement, Ségolène Royal, et publié au Journal Officiel.

Ledit décret dispose que «Le professionnel qui commercialise des prestations d'entretien ou de réparation de voitures particulières et de camionnettes […] permet au consommateur d'opter pour l'utilisation de pièces de rechange issues de l'économie circulaire à la place de pièces neuves […]». Seront concernés les pièces de carrosserie amovibles, les vitrages non collés, les pièces optiques ainsi que certaines pièces mécaniques ou électroniques, comme les moteurs, boîtes de vitesses et organes de transmission.

Dans un communiqué, le ministère de l'Environnement précise que «ce décret permettra aux professionnels de proposer des pièces démontées dans les 1700 centres de traitement de véhicules hors d'usage agrées, dont la qualité aura été préalablement vérifiée». Comme précisé dans le décret, cette nouvelle disposition s'inscrit dans une logique de promotion de l'économie circulaire qui consiste à limiter la consommation et le gaspillage des matières premières. Un modèle «favorable au pouvoir d'achat des ménages du fait de leurs prix de vente attractifs», note le ministère de l'Environnement.

Les spécialistes de l'occasion ravis

Chez Caréco, spécialiste de la vente de pièces automobiles chez les particuliers comme chez les professionnels, on se satisfait évidemment de cette nouvelle mesure: «Nous sommes heureux de voir qu'il y a un décret. On met la lumière sur la pièce de réemploi dans le cadre de l'économie circulaire. Aujourd'hui, le meilleur recyclage c'est la réutilisation», explique au Figaro Maxime Richaud, directeur de Caréco Paris. Selon lui, l'obligation donnée aux garagistes de proposer des pièces d'occasion permettra au client de «faire des économies de 50 à 70%» par rapport à l'achat de pièces neuves mais également de «limiter les émissions de CO2».

Si certains clients peuvent être sceptiques à l'idée de faire réparer leur véhicule à partir de pièces d'occasion, Caréco, qui dispose de près de 100 centres agrées en France, insiste sur le fait qu'il n'y a aucune inquiétude à avoir: «Le but premier est de rassurer le client. [...]Toutes les pièces que l'on commercialise sont issues de véhicules recyclés. Elles sont démontées, classées, photographiées, référencées et garanties un an», détaille Maxime Richaud qui affirme que Caréco est «100% opérationnel» pour assurer les livraisons a toujours plus de professionnels dès le 1er janvier 2017.

Un décret «plutôt équilibré»

Du côté de la Fédération Nationale de l'Artisanat Automobile, la mesure a finalement été plutôt bien accueillie même si «les réparateurs regrettent que les pouvoirs publics aient prévu dans le texte de loi des sanctions financières lourdes dont les conditions d'applications restent floues», comme l'explique au Figaro Aliou Sow, secrétaire générale de la FNAA, qui conçoit toutefois que «le décret d'application qui vient de paraître est plutôt équilibré».

C'était pourtant loin d'être gagné. Lors de la première mouture du projet de décret et du projet d'arrêté d'application, la FNAA dénonçait l'absence de prise en compte de «la nécessaire marge d'appréciation qui doit être donnée au réparateur» et «les formalités administratives lourdes et très contraignantes, inapplicables en pratique», rappelle Aliou Sow. Si la FNAA semble désormais plutôt satisfaite du décret, son secrétaire général précise que le consommateur doit «arbitrer en fonction de l'âge de son véhicule, de la nature de la pièce, de la durée de fonctionnement prévisible de la pièce, des surcoûts éventuels de temps d'intervention pour reconditionner la pièce», et donc qu'il doit «voir en le réparateur un conseiller pouvant lui permettre de préserver son capital automobile et de réaliser la bonne opération sur le plan économique».

Vidéo- Le barême kilométrique par Eric Roig, fondateur de Droits-Finances.net

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • agavois1 il y a 6 mois

    mesurette insignifiante! ferait mieux de vendre des voitures plus fiables et favoriser la vente des pièces détachées;ne pas être obligé d'acheter un ensemble alors que seul un élément est cassé.