Les frondeurs lancent un appel à une primaire de toute la gauche

le , mis à jour le
0
Des participants à la conférence d'été des frondeurs du Parti socialiste.
Des participants à la conférence d'été des frondeurs du Parti socialiste.

Au PS, les candidatures à l'Élysée fleurissent en été. Marie-Noëlle Lienemann et Benoît Hamon se sont lancés dans la course en août, Arnaud Montebourg les a suivis à la fin de l'été à Frangy? Mais, depuis quelques jours, on arrête tout. À La Rochelle, ce week-end, les frondeurs du PS (c'est-à-dire les soutiens du courant « À gauche, pour gagner », opposé à Hollande) ont, semble-t-il, éteint la machine à fabriquer des candidats socialistes. À l'inverse, ils en appellent à une primaire élargie à toute la gauche, au-delà du périmètre actuel, c'est-à-dire limité au PS et à quelques partis satellites. « Il ne faut pas une primaire riquiqui », a lancé à la tribune Emmanuel Maurel, eurodéputé proche de Benoît Hamon. Un appel en ce sens est lancé à La Rochelle, un « appel du 10 septembre » pour éviter de perdre la bataille de 2017 ? l'élimination dès le premier tour de la gauche, et une bérézina aux législatives.

Négociations accélérées

Que s'est-il passé depuis la valse estivale des candidatures ? Plusieurs sondages ont, semble-t-il, fait pencher la balance. Ils montrent avec de plus en plus de certitude que la gauche peut être éliminée dès le premier tour, surtout si elle y arrive morcelée entre communistes, écologistes, mélenchonistes et socialistes. Les divers chefs de file ont donc entamé des discussions pour tenter de rapprocher leurs points de vue.

La...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant