Les frondeurs cherchent (encore) la solution pour battre Hollande

le
0
Arnaud Montebourg devant les journalistes, le 11 septembre 2016, à La Rochelle.
Arnaud Montebourg devant les journalistes, le 11 septembre 2016, à La Rochelle.

Ils ne sont pas arrivés à La Rochelle bras dessus, bras dessous. Au contraire, ils sont descendus chacun de leur côté, hier soir? Pourtant, Arnaud Montebourg et Benoît Hamon avaient la même idée en tête : l'unité, le rassemblement, l'envie de limiter le nombre de candidats de leur sensibilité à la primaire de la gauche. Et une cible : François Hollande. « Il ne peut gagner ni la primaire ni la présidentielle », juge même Benoît Hamon, estimant que la candidature d'Emmanuel Macron ôterait toute chance à celle du chef de l'État. Une conviction réaffirmée par Christian Paul, leader de la motion des frondeurs : « Pour les Français, 2012 a été une alternance fictive. François Hollande n'a pas créé les conditions pour être une seconde fois le candidat, notre candidat. Il est trop tard. »

Aucun n'entend s'effacer

Christian Paul en appelle bien entendu, lui aussi, à une candidature unique pour représenter les opposants de gauche à François Hollande. Il veut que cette candidature dépasse le cadre du PS, mais qu'elle soit incarnée par un membre du parti. « Vous rêvez, comme moi, pouvoir dire dans moins d'un an : oui, à La Rochelle, il y avait le prochain président de la République », a-t-il lancé à la salle dimanche matin. Le prochain occupant de l'Élysée sera donc, selon lui, soit Benoît Hamon, soit Arnaud Montebourg, soit Marie-Noëlle Lienemann, soit Gérard Filoche ? à moins que Christian Paul...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant