Les Français redoutent une hausse des prix de l'énergie

le
2

Le baromètre annuel Energie-Info du Médiateur national de l'énergie, publié lundi, traduit la préoccupation des consommateurs vis-à-vis de leur facture énergétique. Les difficultés pour payer les dépenses en gaz et en électricité sont une réalité tangible.

Quelle que soit la portée du projet de loi d'orientation énergétique qui vient d'être adopté en première lecture au Parlement, cela n'empêche pas les Français de rester d'abord préoccupés par leurs factures de gaz et d'électricité. Selon le baromètre annuel Energie-Info du Médiateur national de l'énergie -publié lundi-, 78% des personnes interrogées soulignent que la consommation d'énergie représente pour elles «un sujet important», voire «très important» (25% des sondés).

Cette préoccupation s'explique d'autant plus qu'ils sont 92% à redouter une hausse des prix de l'énergie dans quelques mois. Ils ont quelques motifs pour cela: le 1er novembre, les prix du gaz et de l'électricité ont augmenté (respectivement 2,31% et 2,5%) et le discours des spécialistes du secteur n'incitent pas à l'optimisme, avec la nécessité pour les opérateurs d'investir et donc de disposer de recettes supplémentaires pour cela. EDF par exemple a souvent insisté sur le «mur d'investissements» auquel il doit faire face au cours des prochaines années. Après avoir obtenu une hausse de 5% des tarifs en 2013, le groupe tablait sur une hausse similaire en 2014, avant que les pouvoirs publics ne lui octroient moitié moins.

Toujours selon le baromètre annuel Energie-Info du Médiateur national de l'énergie, la préoccupation des Français tient aussi à leurs difficultés à s'acquitter de leurs dépenses en gaz et en électricité: 13% des ménages sont dans ce cas, tandis que 42% se sont moins chauffés l'hiver dernier pour réduire leur facture. Les Français pensent-ils que la concurrence dans l'énergie pourrait les amener à optimiser leurs dépenses énergétiques? Pour cela, encore faudrait-il que les consommateurs sachent vraiment qu'ils peuvent changer de fournisseur à tout moment. C'est encore loin d'être le cas: seuls 54% abonnés au gaz et 50% à l'électricité connaissent les mécanismes de la libéralisation du secteur.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • v.boissi le mardi 4 nov 2014 à 09:50

    pas à une hausse importante du prix de l'energie

  • v.boissi le mardi 4 nov 2014 à 09:49

    Oui; avec la belle politique menée vis à vis de la Russie,nous ne couperons p