Les Français boivent de moins en moins de lait

le , mis à jour le
11

VIDÉO - La consommation a baissé de 2,9% l'an dernier. Les nouvelles habitudes alimentaires, notamment au petit-déjeuner, et les polémiques sur les méfaits du lait pour la santé expliquent en partie ce décrochage.

Les Français ont-ils perdu le goût du lait? Les ventes françaises de lait liquide ont affiché un recul de 2,9% en volume en 2014, d'après les derniers chiffres de Syndilait, l'organisation professionnelle qui réunit les fabricants de laits de consommation, publiés ce vendredi. Depuis 2011, la consommation des ménages a reculé de 3,2%. Le lait longue conservation standard UHT (demi-écrémé, écrémé ou entier) - qui pèse pour 77% du marché - a été particulièrement touché, avec une baisse de 4,4% l'an dernier. Tout comme le lait frais (-3,1%) ou les laits de chèvre (-1,9%). Seuls les laits spécifiques ont vu leurs ventes augmenter (+3,9%), mais la croissance de ces laits bio, vitaminés, aromatisés, de croissance ou enrichis n'a pas suffi à compenser la mauvaise performance du cœur de marché.

Selon Syndilait, tous les circuits de distribution traditionnels sont concernés par ce désamour des Français pour le lait, surtout le hard-discount où les ventes se sont effondrées de 10,5%. «La filière française du lait de consommation, qui représente un total de 24.000 emplois en France, dont 6000 directs, est aujourd'hui en grand danger et risque à terme de disparaître», s'alarment les professionnels, qui en appellent à «l'engagement citoyen» des consommateurs. «Les professionnels sont, en effet, confrontés à des conditions de marché de plus en plus difficiles, avec une guerre des prix entre distributeurs, des ventes en baisse, ainsi qu'un afflux croissant de laits d'importation qui déstabilise la filière française.»

Les Français boivent aujourd'hui 53 litres de lait par an et par habitant en moyenne, contre 54 litres en 2013. Résultat, le marché, qui valait encore 2,3 milliards d'euros en 2013, a reculé à 2,2 milliards l'an dernier, selon RTL. Pourquoi ce déclin? L'allégement progressif du menu du petit-déjeuner, voire la disparition de ce repas, explique en grande partie ce décrochage. Selon l'Institut professionnel du lait de consommation (IPLC), le lait reste principalement consommé le matin (seul ou mélangé avec du café ou du chocolat, par exemple) par 78% des acheteurs de lait. A titre de comparaison, les Français en boivent également au goûter (23%), le soir (13%), pendant les autres repas (15%) et même parfois en dehors des repas (21%).

Le lait éclipsé au petit-déjeuner

Interrogé par Europe 1, Vincent Chatellier, chercheur à l'Inra d'Angers, explique que «dans de nombreuses familles, on ne propose plus aux jeunes enfants de consommer du lait puisqu'on leur propose d'autres produits en remplacement» comme du jus d'orange, des biscuits ou des yaourts. «Beaucoup de jeunes enfants n'acceptent plus de lait liquide les matins, comme c'était traditionnellement le cas.» Or, les enfants et les adolescents sont les plus gros consommateurs de laits. Les moins de 17 ans - 19% de la population - consomment ainsi 32% des quantités de lait, selon l'IPLC. Dans le détail, les 3-11 ans boivent 21 % des quantités totales de lait et les 12-17 ans absorbent 11% des quantités totales.

Les polémiques récurrentes sur les méfaits de la consommation de lait ces dernières années n'ont pas arrangé la situation. Récemment une étude suédoise de grande ampleur a établi un lien entre une forte consommation de lait chez les seniors et un risque accru de fractures et de mortalité. Même si, d'après un sondage CSA de 2013, 74% des Français estiment que le lait est un produit indispensable dans leur alimentation et 86% pensent qu'il est bon pour la santé, certaines craintes ont la vie dure.

D'où l'offensive des professionnels, qui ont lancé ce vendredi un nouveau logo pour mettre en avant l'origine «made in France» du lait français et éradiquer les dernières réticences des consommateurs. Ce logo va progressivement apparaître sur les briques et bouteilles de lait françaises d'ici quelques semaines.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • heimdal le lundi 9 fév 2015 à 10:11

    L' intolérance au lactose est programmée dans l'organisme humain après le sevrage donc boire du lait après le sevrage est une hérésie .

  • sleipnir le dimanche 8 fév 2015 à 19:26

    Le lait n'est pas l'aliment "sain par excellence" que l'on présente souvent. Outre le problème dassimilation du lactose, et outre son inefficacité quasi totale du lait pour prévenir l'osteoporose, le lait d'animaux du gabarit de la vache contient beaucoup trop de facteurs de croissance, très peu adaptés à l'être humain.

  • pasbouv2 le dimanche 8 fév 2015 à 16:14

    Bonne nouvelle, le jour ou l'on arrêtera de distribuer du lait de vache, vous verrez que le nombre de cancer baissera.

  • brun2083 le dimanche 8 fév 2015 à 12:44

    En quoi le logo "made in France" garantit la qualité du lait? Je préfère du lait allemand ou belge bio que certain lait français de vache qui ont mangeait plein de pesticide

  • idem12 le samedi 7 fév 2015 à 20:05

    et le plus grand fumeur de chichon d’Europe c'est brinon1

  • c.debarg le samedi 7 fév 2015 à 19:57

    les vaches ne boivent pas de lait

  • brinon1 le samedi 7 fév 2015 à 16:44

    le peuple le plus robuste d'Europe est aussi le plus grand buveur de lait : LES BATAVES....

  • ceriz le samedi 7 fév 2015 à 10:26

    le lait n'est pas bon pour la santé! voir pour étayer cela de vrais nutritionnistes ! ils vous le diront! pas le lobby du lait.

  • ceriz le samedi 7 fév 2015 à 10:01

    le lait n'est pas pour la santé! voir pour étayer cela de vrais nutritionnistes ! ils vous le diront! pas le lobby du lait.

  • gouraude le samedi 7 fév 2015 à 09:03

    J'ai bcp moins mal aux articulations depuis que je consomme moins de produits laitiers !