Les femmes, victimes collatérales de la Turquie d'Erdogan

le
0
Une jeune femme brandit un portrait d'Özgecan Aslan, dont le meurtre atroce a provoqué une énorme vague d'indignation en Turquie.
Une jeune femme brandit un portrait d'Özgecan Aslan, dont le meurtre atroce a provoqué une énorme vague d'indignation en Turquie.

Les cris fusent au coeur de la nuit stambouliote. Jupes fendues, bras enlacés et déhanchés prononcés, les convives se laissent griser par la voix envoûtante de la jeune diva sur scène, au rythme effréné des battements d'une darbouka. Après une dernière pinte de bière locale Efes, les hôtes se retrouvent pour fumer sur le toit de l'Arsen Lüpen, bar en vogue dominant le Bosphore. Bienvenue sur la rive occidentale d'Istanbul, dont les nuits torrides n'ont rien à envier aux capitales européennes. Mais elles ne recouvrent qu'une facette de la Turquie. À quelques ruelles de là, se dressent dans la pénombre les immeubles quelque peu décatis du quartier populaire de Kasimpasa. Seuls les fragiles néons des quelques épiciers encore ouverts viennent perturber la nuit déjà avancée, permettant à des mères de famille, toutes voilées, d'acheter l'ingrédient oublié. C'est cette Turquie, pieuse et conservatrice, qui a porté au pouvoir Recep Tayyip Erdogan il y a 13 ans. Or, l'irrésistible ascension du président turc masque une réalité pour le moins terrifiante. 1 400 % de meurtres en plusEntre son élection en 2002 et l'année 2009, les meurtres de femmes ont augmenté de 1 400 % en Turquie. Et la tendance n'a fait que s'aggraver avec le temps. Au cours de l'année 2014, au moins 294 femmes turques ont été tuées. Rien qu'en janvier dernier, 27 ont perdu la vie, soit 20 % de plus que l'année précédente. À chaque fois, l'agresseur fait...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant