Les familles des victimes attendues sur les lieux du crash

le
0
LES FAMILLES DES VICTIMES ATTENDUES SUR LES LIEUX DU CRASH DE L'A320 DE GERMANWINGS
LES FAMILLES DES VICTIMES ATTENDUES SUR LES LIEUX DU CRASH DE L'A320 DE GERMANWINGS

MARSEILLE (Reuters) - Familles et proches des 150 victimes de l'accident de l'Airbus A320 de la Germanwings, dont les causes restent inexpliquées, ont commencé à arriver jeudi en France afin de se recueillir sur les lieux du drame, dans les Alpes-de-Haute-Provence.

Des avions en provenance de Düsseldorf et Barcelone - la majorité des victimes sont d'origines allemande et espagnole - ont atterri dans la matinée à l'aéroport de Marseille-Marignane.

Les familles ont été prises en charge à leur arrivée, à l'abri des médias, par une trentaine de psychologues et des secouristes de la Croix-Rouge. Les ressortissants allemands sont accompagnés par des membres de la cellule d'accompagnement psychologique de la Lufthansa, dont Germanwings est une filiale.

Les familles devaient rencontrer le procureur de la République de Marseille, Brice Robin, qui fera le point de l'enquête.

Une information du New York Times, selon laquelle un des deux pilotes de l'Airbus était bloqué hors du cockpit juste avant le crash, a semé le trouble.

Les familles seront ensuite acheminées dans l'après-midi sur les lieux de la catastrophe à quelque 200 kilomètres de Marseille, à Seyne-les-Alpes, où une chapelle ardente a été installée.

Les familles arrivées en voiture ont été regroupées à Digne-les-Bains.

Le maire de Seyne-les-Alpes, d'où sont également organisées les opérations de recherche d'indices et de récupération des corps dans le massif montagneux où l'Airbus s'est littéralement pulvérisé mardi, a dit à Reuters attendre 200 à 300 personnes.

Les structures d'hébergement locales, mais aussi les habitants des communes alentour se tiennent prêts à accueillir pour la nuit, si nécessaire, les familles endeuillées.

Quelque 1.400 lits seraient disponibles, mais les autorités locales s'attendent à ce que des familles repartent dès jeudi.

"On a de bonnes raisons de penser que les familles qui vont arriver vont repartir ce soir", a dit à Reuters le maire de Seyne-les-Alpes, Francis Hermitte.

Les opérations d'identification des corps, qui nécessitent des prélèvements d'ADN sur les familles, devaient débuter ce jeudi.

(François Revilla et Jean-François Rosno, édité par Sophie Louet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant