Les faces cachées de Jacques Chirac

le
0
L'ancien président de la République, Jacques Chirac, est de plus en plus populaire. 
L'ancien président de la République, Jacques Chirac, est de plus en plus populaire. 

On a beau connaître Jacques Chirac depuis la fin des années 1960, on a toujours plaisir à revenir sur ses aventures. Chirac, c'est comme le personnage d'un bon vieux roman. On s'y attache. On aime ses défauts. Et on lui attribue avec le temps de plus en plus de qualités. Laurent Delahousse, conteur hors pair, rouvre le livre de cinquante années de politique française. Avec gourmandise. Il arrive même, chose difficile, après des heures et des heures de pellicules consacrées à l'ancien président, à y apporter des choses nouvelles. « Pour l'essentiel, l'homme est ce qu'il cache », disait Malraux. Et l'ex-chef de l'État cache beaucoup. Delahousse cherche à débusquer le vrai Chirac. Certes, il échoue à répondre de manière explicite à la thèse de son titre (L'Homme qui ne voulait pas être président). Mais son brillant récit, où les idées politiques ne sont pas abordées, recèle de bonnes intuitions et des témoignages forts (les dernières interventions de Jérôme Monod, le fidèle, et Charles Pasqua).

Chirac, l'homme qui « obtempère toujours »

Voilà peut-être un trait de Jacques Chirac que l'on connaît peu. On le croyait rebelle, il n'est qu'un « rebellocrate » cher à Philippe Muray. « Il obtempère toujours », explique merveilleusement Jean-Luc Barré, l'historien qui a participé aux mémoires de Chirac. C'est le cas quand, adolescent, il achète une pipe, prend le bateau au Havre et...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant