Les Européens tentent de bloquer les portes de l'UE

le
0
Le président du Conseil européen Donald Tusk était à Istanbul ce week-end pour rencontrer le président turc Recep Tayyip Erdogan.
Le président du Conseil européen Donald Tusk était à Istanbul ce week-end pour rencontrer le président turc Recep Tayyip Erdogan.

C'est une victoire que savourent déjà la diplomatie d'Europe de l'Est et les partis conservateurs européens. Les 28 dirigeants se réunissent à Bruxelles ce lundi pour déjeuner avec le Premier ministre turc, Ahmet Davuto?lu, et devraient négocier ensemble une solution concernant « la route des Balkans », devenue depuis un an la principale porte d'entrée de réfugiés et de migrants vers l'Europe. Plus de 73 000 personnes seraient arrivées en janvier par la Méditerranée pour remonter ensuite vers la Macédoine. Ces hommes et ces femmes, syriens, afghans, irakiens, africains, ainsi que ceux de nationalités diverses venus chercher un eldorado économique, et fraîchement débarqués en Grèce, devront comprendre qu'il s'agit là de la fin de leur voyage. Et ceux qui ne demanderont pas l'asile ou qui n'y ont pas droit devront faire demi-tour, de gré ou de force.

Une stratégie « globale »

C'est en tout cas le message que devraient donner les 28, selon un premier brouillon de la déclaration des chefs d'État qui sera publiée à l'issue de la réunion. Les visites diplomatiques en série du président du Conseil, Donald Tusk, pour concilier les demandes d'Angela Merkel avec celle des pays d'Europe centrale et de l'Est, auront porté leurs fruits. Donald Tusk s'est d'ailleurs félicité vendredi de l'instauration d'un « consensus européen vers une stratégie globale ».

...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant