Les Etats-Unis bombardent une position djihadiste en Irak

le
3
LES ÉTATS-UNIS BOMBARDENT UNE POSITION DE L'ÉTAT ISLAMIQUE EN IRAK
LES ÉTATS-UNIS BOMBARDENT UNE POSITION DE L'ÉTAT ISLAMIQUE EN IRAK

WASHINGTON (Reuters) - L'aviation américaine a bombardé vendredi des pièces d'artillerie utilisées par l'État islamique contre les forces kurdes qui défendent Erbil, capitale du Kurdistan irakien autonome, a annoncé le porte-parole du Pentagone.

Deux chasseurs F/A-18 ont largué des bombes à guidage laser sur une pièce d'artillerie mobile près d'Erbil, a déclaré le contre-amiral John Kirby dans un communiqué.

Les rebelles islamistes utilisaient l'artillerie pour bombarder les forces kurdes qui défendent Erbil, où se trouve du personnel américain, a-t-il précisé.

La frappe s'est déroulée à 10h45 GMT. Les chasseurs ont décollé du porte-avions USS George H.W. Bush, qui avait été déployé en juin en prévision d'une possible action militaire en Irak, selon des responsables militaires.

Barack Obama a annoncé jeudi soir avoir autorisé des frappes aériennes ciblées pour contrer l'avancée des djihadistes dans le nord de l'Irak dans le but d'empêcher un "génocide potentiel" des minorités religieuses assiégées.

L'autorisation porte sur des frappes aériennes "ciblées", a précisé le président américain. Il s'agit de protéger le personnel américain en cas de poursuite de l'avancée des djihadistes de l'Etat islamique vers Erbil, où se trouve un consulat américain.

Le gouvernement britannique a par ailleurs appelé vendredi ses ressortissants à quitter des zones du Kurdistan irakien, comprenant la capitale Erbil, craignant une rapide détérioration des conditions de sécurité.

Alors que Barack Obama a, à plusieurs reprises, insisté sur le fait que les États-Unis ne se déploieraient pas de nouveau sur le terrain, quelque 700 soldats ont été envoyés en Irak depuis le mois de juin afin d'assurer la protection du personnel et des bâtiments diplomatiques.

Ces troupes doivent également évaluer les forces et faiblesses de l'armée irakienne, fortement fragilisée par l'avancée des islamistes dans le nord du pays.

En juin, les États-Unis avaient déplacé du personnel diplomatique de l'ambassade américaine à Bagdad vers Erbil, Bassorah et Amman, en Jordanie, Washington craignant une attaque de l'État islamique sur la capitale irakienne.

(Tangi Salaün et Agathe Machecourt pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mjjmimi le vendredi 8 aout 2014 à 16:58

    moi-même.

  • pbenard6 le vendredi 8 aout 2014 à 16:48

    qui a demandé à Obama d'intervenir?

  • M940878 le vendredi 8 aout 2014 à 16:35

    seule solution : vitrification