Les écolos s'écharpent pour remplacer Baupin

le
0
Les écologistes, tiraillés entre les élus pro-gouvernement et les anti, ont du mal à trouver un successeur à Denis Baupin, qui a dû démissionner de son poste de vice-président de l'Assemblée.
Les écologistes, tiraillés entre les élus pro-gouvernement et les anti, ont du mal à trouver un successeur à Denis Baupin, qui a dû démissionner de son poste de vice-président de l'Assemblée.

Une femme pour succéder à Denis Baupin à la vice-présidence de l'Assemblée nationale. Tout un symbole? C'était le souhait de Cécile Duflot, la coprésidente du groupe écologiste. Une femme, donc, féministe, cela va sans dire, chez les écolos. Une femme féministe pure et dure, c'eût été encore mieux !

Mais depuis lundi, alors que leur collègue a été accusé de harcèlement et d'agression sexuels par quatre élues, les députés s'écharpent pour savoir qui lui succédera. Le nom de Véronique Massonneau, 56 ans, avait été évoqué par la frange réformiste du groupe. Cette élue de la Vienne, connue depuis l'épisode du « caquètement » ? en octobre 2013, elle avait été interrompue dans l'hémicycle par un député UMP imitant la poule ?, s'est toujours illustrée pour le droit des femmes, notamment au sein de la délégation de l'Assemblée nationale aux Droits des femmes et à l'Égalité des chances.

« Des SMS un peu lourdingues de Denis »

Mais voilà, elle a eu le tort de ne pas hurler avec les loups quand la nouvelle est tombée et de préférer attendre la version des faits de son « ami » et ex-voisin sur les bancs de l'hémicycle. Ses collègues lui reprochent de ne pas avoir assez défendu la cause des femmes. « Je suis très en colère, a-t-elle confié au Point.fr. Je n'arrête pas de dénoncer le sexisme en politique, on ne peut pas me faire ce procès ! Et puis Denis n'est pas...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant