"Les citoyens vont révolutionner le système économique"

le
0
Neil Gershenfeld, à Toulouse, pour inaugurer le FabLab Festival.
Neil Gershenfeld, à Toulouse, pour inaugurer le FabLab Festival.

Il n'a pas l'air à le voir, mais Neil Gershenfeld est le porte-voix d'un mouvement planétaire en pleine ébullition. Pour preuve, le week-end dernier, à Toulouse, se sont réunis plus de 40 FabLabs européens à l'invitation d'Artilect, le plus grand FabLab de France. Pour son fondateur, Nicolas Lassabe, "Neil est celui qui a vu juste et qui a permis au FabLab Festival d'exister avec peu de moyens. Grâce aux équipes et aux bénévoles, plus de 5 000 spectateurs se sont déplacés pour découvrir nos 50 makers (les exposants, NDLR)».

Neil Gershenfeld est un précurseur. Un de ces grands gourous américains persuadés d'avoir compris ce qui manque aux gens pour faire exploser leur créativité dans leur vie de tous les jours. Neil Gershenfled, fondateur des FabLabs ? «Fab» pour fabriquer et «Lab» pour laboratoire ?n est professeur de physique au prestigieux Massachusetts Institute of Technology (MIT) de Boston. Avant même 2001, date à laquelle le premier FabLab a vu le jour, cet enseignant au look de Géo Trouvetou ? lunettes rondes et cheveux grisonnants en bataille - propose, en 1998, un cours où ses étudiants pourraient «fabriquer (quasiment) n'importe quoi». Son idée, simple, se révéla avant-gardiste : créer un atelier où des machines industrielles seraient à disposition pour réfléchir, construire et prototyper, ensemble, n'importe quel produit.

Mais c'est en 2001 que le mouvement naît véritablement et prend le nom de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant