"Les chrétiens réfugiés d'Irak n'ont rien, et ils le donnent"

le
0
Chanteur et chrétien assumé, Grégory Turpin est allé chanter dans les camps de réfugiés chrétiens d'Irak.
Chanteur et chrétien assumé, Grégory Turpin est allé chanter dans les camps de réfugiés chrétiens d'Irak.

Le Point.fr : Pourquoi être allé chanter au Kurdistan irakien ? Grégory Turpin : Parce qu'il faut parler du courage de ces gens. Ça a été l'occasion pour moi de découvrir le visage de ceux qui ont tout perdu. Ils sont pour nous un témoignage de courage, de foi et un modèle de paix. Comment fait-on pour organiser une "tournée" en Irak aujourd'hui ?Comme je me posais la question de ce que je pouvais faire pour les chrétiens d'Irak, je me suis dit que je voulais être avec eux. Alors, j'ai cherché comment y aller avec des gens qui connaissent bien le terrain. J'ai rencontré Faradj-Benoît Camurat, qui a créé l'association Fraternité en Irak. Ses bénévoles sont sur le terrain depuis quatre ans, à aider, à livrer des médicaments. Apporter de l'aide, c'est bien, mais ils apportent aussi une présence humaine. La première réaction des Irakiens est d'être touchés que l'on veuille les voir, que l'on prenne du temps avec eux. Mais il y a aussi le côté mission humanitaire. Par exemple, Fraternité en Irak a livré un camion-citerne aux réfugiés du camp d'Ankawa mall à Erbil. Mais je suis aussi allé chez eux, discuter, partager un thé. C'est frappant, tout le monde vous offre le thé. Leur sens de l'accueil est incroyable. C'est très touchant, à leurs yeux, ils veulent d'abord partager quelque chose avec vous. Ils n'ont rien, et ils le donnent !Vous avez donné des concerts dans cinq villes du Kurdistan irakien. Quelle...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant