Les charges de copropriété ont baissé de 4,9% en 2014

le
1

Pour la première fois depuis longtemps les charges ont marqué le pas grâce à une note de chauffage réduite. Cela ne les empêche d’avoir bondi de 50% depuis 2000, soit deux fois plus vite que l’inflation.

C’est une bonne nouvelle pour les copropriétaires, qui pour la première fois depuis longtemps ont vu leurs charges de copropriété baisser l’an dernier. Celles-ci ont reculé de 4,9 % en moyenne entre 2014, alors qu’elles avaient grimpé de 5,7 % entre 2013 et 2012, constate l’Observatoire des charges de copropriété mis en place par l’Association de responsables de copropriété (Arc). Ce sont les charges d’énergie et de chauffage qui ont baissé (-20 %), du fait d’un hiver doux et d’une stabilisation des tarifs des fluides (gaz, fioul, réseaux de chaleur). Le chauffage est le principal poste de dépenses (12,9 euros mètres carrés sur un total de 44,7 euros en moyenne nationale) suivi des gardiens et employés (8,9 euros mètres carrés).

En revanche, les autres postes de dépenses ont continué à grimper. Comme les années précédentes, les assurances ont flambé de 8 % (+35 % en trois ans du fait d’une hausse de la sinistralité, du vieillissement des copropriétés, et du manque d’entretien pour certains immeubles) et les frais de gestion facturés par les syndics de 5 %. «Cela est lié à la forte croissance de la facturation des prestations particulières et ponctuellement aux fortes augmentations du forfait de base pour les pour les copropriétés qui ont mis en œuvre le «contrat tout sauf», explique l’étude. Les autres postes de charges ont eux progressé de 1 à 3 % en moyenne, soit bien plus que l’inflation (+0,5 % en 2014).

Résultat, l’an dernier, les charges de copropriété ont pesé 44,70 euros le mètre carré pour une copropriété dotée de tous les services, soit 724,40 euros par trimestre pour un appartement de 65 mètres carrés (appartement de taille moyenne en copropriété). Néanmoins, il existe toujours de très fortes disparités entre la région parisienne et la province. «L’écart est d’environ 25 % avec des variations importantes, en particulier pour le chauffage, l’eau froide, le gardiennage, les frais de gestion et l’assurance», souligne l’Arc. Il faut ainsi compter 49,1 euros le mètre carré en moyenne à Paris pour un immeuble doté de tous les services, 44,1 euros/m² ailleurs en Ile-de-France et 34,9 euros/m² en province.

Malgré le léger mieux de 2014, les charges de copropriété ont tout de même bondi de 50 % depuis 2000, soit environ le double de l’inflation (+26 %), les charges de chauffage ayant progressé de 61 % sur cette période (ce sont elles qui ont le plus grimpé).

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlemonn4 le mercredi 2 sept 2015 à 17:09

    Normal, les prix des assurances et des banques augmentent sans aucun justificatif; ils sont devenus les bras séculiers de l'Etat en contrepartie de l'aide que nos gouvernants leurs ont fournies avec l'argent publicà l'insu du contribuable; plus les prix augmentent plus les taxes indirectes collectées tres comme pour EDF, l'Eau, le Gaz, Telephone s'élèvent; le tout, non pas pour baisser la dépense publique mais au contraire continuer à l'engraisser et sans jamais faire d'efforts de productivité!