Les cathogeeks, entre smartphones et réseaux sociaux

le
0
Entre pèlerinages connectés et hackathon, les cathogeeks se mettent à l'heure de la mobilité connectée.
Entre pèlerinages connectés et hackathon, les cathogeeks se mettent à l'heure de la mobilité connectée.

Quel point commun peut-il bien y avoir entre Paris et San Francisco ? Les Dominicains, un ordre prêcheur vieux de 800 ans. Quel peut bien être le rapport entre eux, les Champs-Élysées et la Californie ? L'organisation d'un hackathon, mais chrétien. Dans un monde où la perception de l'homme et du temps est en pleine mutation, Optic, le réseau de recherche dominicain sur les médias et le numérique, vient en effet de dupliquer en plein Paris le hackathon, qu'il avait déjà organisé à San Francisco en 2014 et 2015. Le principe : 24 heures pour bâtir un projet digital solidaire, spirituel ou faisant la promotion du patrimoine culturel. « Et tout lien avec le monde réel est le bienvenu », précisait le frère Éric Salobir, en charge de la promotion des médias et des technologies au sein de l'ordre et fondateur d'Optic. « Il s'agissait de former une équipe avec des développeurs, des designers, des apporteurs d'idées, d'imaginer un projet et de le présenter. » Ceux qui avaient déjà une idée derrière la tête pouvaient aussi venir avec une équipe déjà constituée, de même que les équipes peuvent être constituées sur place. Le tout à deux pas des Champs-Élysées, au sein du couvent des Dominicains. À la clé : 5 000 euros pour donner corps au projet, plus un hébergement et un accompagnement.

Impression 3D et chat en live

Une cinquantaine de cathogeeks, de jeunes chrétiens...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant