Les banques suisses tracent le microfinancement du terrorisme

le
0
La valeur médiane des valeurs signalées se situe autour de 250 francs suisses [230 euros], constate le rapport de la police fédérale.
La valeur médiane des valeurs signalées se situe autour de 250 francs suisses [230 euros], constate le rapport de la police fédérale.

Votre fils est parti faire le djihad ? Vous prévenez la police. Celle-ci se mettra immédiatement en relation avec la banque de votre enfant. Quelques heures plus tard, l'établissement financier signale que le jeune homme a effectué un retrait en Turquie. Le Money Laundering Reporting Office Switzerland (MROS), le bureau de communication en matière de blanchiment d'argent, prévient le pays concerné et le djihadiste en herbe est arrêté. C'est l'un des exemples donnés lors de la dernière conférence de l'Association romande des intermédiaires financiers (ARIF). Les financiers suisses, souvent accusés de ne pas être particulièrement regardants concernant l'argent déposé par leurs clients fortunés, se montrent en revanche très performants dès qu'il s'agit de traquer l'argent du terrorisme.

La Suisse, "lieu de transition"

Les raisons ? Dans son rapport de juin 2015 sur les risques de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme, l'Office fédéral de la police constate que la Suisse ?ne constitue pas une cible prioritaire pour des groupes terroristes". Toutefois, la menace porte principalement ?sur le financement d'activités terroristes commises à l'étranger, mais utilisant le secteur financier en Suisse comme lieu de transition?. Pour la finance helvétique, pas question de noircir son image en fermant les yeux sur cette menace. Mais si les affaires de fraude fiscale et de blanchiment portent sur des sommes conséquentes,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant