Les automobilistes n'ont jamais été autant taxés

le
21

Le taux de taxation du gazole est passé en deux ans de 99% à 201%, s'alarme l'Automobile Club Association. Chaque année, les automobilistes payent 63 milliards d'euros de taxes, dont 34 milliards d'euros liées aux carburants.

Les automobilistes profitent de la baisse du pétrole. Mais l'impact est très largement atténué par le niveau record des taxes. En janvier 2014, le taux de taxation d'un litre de gazole en France atteignait le niveau de 99%, selon l'analyse de l'Automobile Club Association. En clair, pour 100 euros payés à la pompe, la moitié servait à payer le carburant et la moitié revenait à l'Etat. En janvier 2016, ce taux a grimpé à 201%! Quand l'automobiliste paye 33 euros de carburant, il alimente les caisses de l'Etat à hauteur de 67 euros. Pour l'essence (SP95), le taux est passé de 136% à 210%. «C'est un niveau de taxation record et insupportable pour les automobilistes», s'insurge Didier Bollecker, président de l'Automobile Club Association.

L'association a été plus loin, en calculant le montant total des impôts et taxes liés directement à la possession ou l'utilisation d'une automobile, dans le cadre d'une étude dénommée «Le budget de l'automobiliste». Conclusion: un automobiliste consacre le quart de son buget au paiement des taxes. Annuellement, la somme récoltée par l'Etat atteint 63 milliards d'euros, dont 34 milliards d'euros sont liés à la taxation des carburants. Ces 34 milliards représentent plus de 1000 euros par véhicule et par an.

En cas d'alignement de la TVA des carburants sur le régime général de la TVA (20%), le prix à la pompe du gazole baisserait de 40% et de 50% pour l'essence. Sans que cette modification n'affecte la manière dont les automobilistes roulent, selon l'association. En 2009, le prix des carburants avait baissé de 11% sur un an. Le trafic ne s'était pas envolé. Bien au contraire: il avait reculé de 0,8%.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2766070 il y a 9 mois

    degrowth a la chance de n avoir JAMAIS besoin d un plombier qui arrive avec son chalumeau sur le dos (heu Martinez y a 1 esclavagiste là !!) ou Darty qui te dis de venir chercher ton lave linge en bus, ou métro... j'vois jamais de clients venir acheter mes portes en vélos???? étonnant non? après ceux qui aiment faire 3 fois la croisette pour prouver qu ils vivent dans une chevrolet... j'parie qu il y a aussi desAnes sur mars ;;

  • M2766070 il y a 9 mois

    y a la tipp , et l otr a 20% celle que je récupère avec ma ste, enfin seulement sur le diesel...

  • danette4 il y a 9 mois

    elle n'existe plus la TIPP flottante

  • M1945416 il y a 9 mois

    la france (nos énarques) à fait le choix … et c'est a moi d'assumer ??? c'est comme si un mec tirait un coup, et qu'un autre doit payé pour le gamin

  • degrowth il y a 9 mois

    La France a fait le choix du tout auto et au début tout le monde semblait content de faire vroum-vroum ; mais maintenant il faut assumer tous les coûts que ce modèle génère .

  • degrowth il y a 9 mois

    @ M1945416 : Il est évident que si l'on vit dans un bled tout en étant employé loin de là on est "prisonnier" de l'automobile. Mais ce n'est pas nouveau ! et les nouvelles rocades que ces banlieues réclament coûtent très cher ,nécessitent des expropriations et sont rapidement saturées.

  • M1945416 il y a 9 mois

    ben tient, si vous êtes dans un bled sans transport en commun, on peu aussi décider de ne plus aller au travail … demander voir au chauffeurs routier quel est le pire pays pour la circulation, on est champion d'Europe … la route c'est comme notre politique : rien de clair, des changements partout, des obstacles,des rond point ; réhausseur , ralentisseur; des radars … tout est fait pour plumer l'automobiliste

  • degrowth il y a 9 mois

    Il s'agit du mécanisme de la TIPP flottante : si me cours du pétrole baisse elle augmente et la prochaine hausse du pétrole sera atténuée par le mécanisme inverse.

  • degrowth il y a 9 mois

    Collectivement revenir sur l'étalement urbain et la spécialisation des zones urbaines qui ont entraîné le recours obligé à ce moyen de transport hyper coûteux et peu rationnel d'un point de vue économique. Mais les publicitaires savent bien que l'automobile n'est pas achetée pour aller d'un point A à un point B mais pour avoir "la plus grosse".

  • degrowth il y a 9 mois

    L'entretien des routes est loin d'être gratuit et il est financé grâce aux taxes sur les carburants . Individuellement chacun peut décider de se mettre en situation de moins utiliser l'automobile, de rouler 10 km/h moins vite (économie de carburant) ,de respecter les limitations de vitesse (- d'amendes) de ne pas utiliser l'auto dans les centres-ville où le parking est très cher et sa vitesse moyenne inférieure à celle du vélo ou des transports collectifs.