Les achats de Noël pourraient augmenter sur internet

le
1
LES VENTES EN LIGNE DEVRAIENT PROGRESSER À NOËL
LES VENTES EN LIGNE DEVRAIENT PROGRESSER À NOËL

PARIS (Reuters) - Le budget moyen alloué aux achats de Noël sur internet devrait progresser en France cette année, selon une étude qui a toutefois été réalisée avant les attentats de vendredi dernier.

Les commandes se sont arrêtées samedi, mais elles pourraient reprendre progressivement et certains observateurs estiment même que le e-commerce pourrait profiter d'un certain sentiment d'insécurité après ces attentats, qui peuvent dissuader les consommateurs de se rendre dans les grands magasins pour effectuer leurs achats.

"Aujourd'hui, nous ne sommes pas en mesure de savoir ce que sera leur impact. Quand des événements de cette ampleur se produisent, les gens sont mobilisés et n'ont pas la tête à consommer", a toutefois observé prudemment Marc Lolivier, délégué général de la Fédération du e-commerce et de la vente à distance.

Selon l'étude annuelle réalisée par Médiamétrie pour le compte de la Fevad, les ventes en ligne sont attendues en hausse de 14%, avec un panier moyen en progression à 199 euros, contre 174 euros en 2014, dans un climat économique qui s'était révélé jusqu'à présent moins morose que l'an dernier.

"Sans être euphorique, le sentiment des consommateurs s'améliore (...) Il y a des indicateurs qui repassent au vert", a souligné Marc Lolivier dans un entretien à Reuters.

Ces prévisions font écho à celles du cabinet Deloitte qui estimait également, à la mi-novembre, que les Français s'apprêteraient à dépenser légèrement plus pour Noël.

La consommation des ménages a progressé de 0,9% au troisième trimestre en France, hors automobile, selon les données de la Banque de France, mais les attentats et leurs conséquences représentent un facteur de risque pour la fragile reprise de l'économie française.

Au total, les achats de Noël réalisés en ligne, qui pèsent pour environ 25% du chiffre d'affaires annuel du e-commerce, devraient totaliser 13 milliards d'euros cette année, selon l'étude, contre 11 milliards en 2014.

Comme l'an dernier, les produits culturels, les jeux, les jouets, les produits high tech ainsi que les articles de mode auront les faveurs des acheteurs en ligne qui recherchent des économies de temps et d'argent.

La Fevad, qui a également publié mercredi ses chiffres du troisième trimestre, a fait état d'une progression des ventes en ligne de 15% sur la période, à 15,5 milliards d'euros.

L'indice regroupant les 40 principaux sites français - agrégat permettant à la Fevad de mesurer l'évolution des ventes à périmètre constant - a quant à lui progressé de 12%, tiré par la mode, la décoration, le sport et le jardinage.

La croissance du e-commerce en France s'est fortement accélérée cette année, dépassant les prévisions des professionnels du secteur grâce à l'essor des places de marché, des transactions sur mobile et des sites collaboratifs.

Au total, la fédération professionnelle estime que les ventes sur internet devraient atteindre 65 milliards d'euros en 2015.

(Pascale Denis, édité par Jean-Michel Bélot)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8603854 le mercredi 18 nov 2015 à 11:58

    Les ventes de Kalach se portent bien...