Les abus de l'état d'urgence

le , mis à jour le
0
Plusieurs centaines de perquistions ont été menées en France depuis le début de l'état d'urgence. Photo d'illustration.
Plusieurs centaines de perquistions ont été menées en France depuis le début de l'état d'urgence. Photo d'illustration.

Sur le Web, les initiatives se multiplient pour permettre de "contrôler" la mise en application de l'état d'urgence, décrété en conseil des ministres au lendemain des attentats de Paris, et prorogé pour 3 mois par le Parlement le 20 novembre. Cette loi, dont la durée initiale d'application est de douze jours, facilite les perquisitions, permet d'assigner à résidence des individus et autorise l'instauration d'un couvre-feu. Plusieurs observatoires ont ainsi été créés pour recenser les "bavures" commises par les forces de l'ordre dans le cadre de ce régime d'exception.

Parmi eux, des associations telles que le comité contre l'islamophobie, ou des individus comme Fateh Kimouche, alias @Al Kanz ("le trésor" en arabe) très actif sur Twitter. Mais aussi les sites de médias comme Le Monde ou la Quadrature du Net. Au niveau institutionnel, la commission des lois du Sénat a créé mercredi un comité de suivi de l'état d'urgence dont le rapporteur spécial est l'ancien garde des Sceaux Michel Mercier. Toutes les couleurs politiques du Sénat y seront représentées. Et début décembre, cette commission recevra le procureur de Paris François Molins.

L'objet de ces initiatives ? Répertorier les violences et les abus commis par la police et la gendarmerie. Depuis dix jours, ce sont 1 233 perquisitions administratives qui ont été menées partout en France, s'est félicité le ministre de l'Intérieur devant les députés. Ces opérations...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant