Législatives dans le Doubs - Demouge : "Les attentats n'ont rien changé"

le
0
Charles Demouge, candidat UMP à la législative partielle dans le Doubs, estime que le second tour l'opposera au candidat FN.
Charles Demouge, candidat UMP à la législative partielle dans le Doubs, estime que le second tour l'opposera au candidat FN.

Le Point : Quel est le principal enjeu de cette législative partielle à Montbéliard ? Charles Demouge : C'est un enjeu national avant tout. Il n'y a qu'à voir : tous les médias parisiens sont à mes trousses, et certainement aux trousses de tous les autres candidats depuis quinze jours... ... Depuis les attentats de Paris. Ces événements vont-ils avoir des conséquences ? Non. C'était déjà un enjeu national avant. À droite, on reconnaît que le gouvernement a opté pour la bonne conduite pendant la crise, il y a eu l'union nationale après, mais les attentats n'ont rien changé. Les problèmes au quotidien sont toujours les mêmes : les taxes augmentent, le chômage augmente, il y a de moins en moins d'aides aux entreprises pour favoriser l'apprentissage. Vous ne pensez pas que l'électorat de gauche peut se mobiliser davantage après ces événements dramatiques, dans la continuité de la marche du 11 janvier ? L'électorat de gauche, peut-être, mais l'électorat du PS, non. Ils ne veulent plus voter socialiste. Leur candidat est le suppléant de Pierre Moscovici, qui ne s'est jamais intégré, même si, dans ses heures de gloire, il a fait un peu pour le développement économique de la circonscription. Mais la réalité, c'est que l'agglomération a accumulé 120 millions d'euros de dette ! Si on continue comme ça, dans deux ans, on est mis sous tutelle de l'État... Vous avez dit dans le JDD qu'il fallait faire...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant