Le "Washington Post" lâche Edward Snowden

le
1
Edward Snowden est exilé en Russie depuis 2013 et ses révélations sur les pratiques de la NSA.
Edward Snowden est exilé en Russie depuis 2013 et ses révélations sur les pratiques de la NSA.

Voilà un retournement de situation assez cocasse : The Washington Post avait reçu le prix Pulitzer pour avoir révélé l'affaire des écoutes de la NSA avec Edward Snowden. Aujourd'hui, il appelle à la condamnation du lanceur d'alerte américain. Des quatre journaux qui ont travaillé avec l'informateur (New York Times, The Guardian et The Intercept), le Washington Post est le seul à demander une condamnation, les autres continuant à plaider en faveur d'une amnistie.

Le souci de l'asile en Russie

Dans un éditorial publié sur son site, le journal accuse sa propre source d'avoir divulgué des informations hautement confidentielles et non essentielles pour le public, comme le programme de surveillance Prism ou les opérations menées par les services secrets américains sur Ben Laden et la Russie. Le journal trouve aussi déplacé le fait d'avoir trouvé asile en Russie, alors que Vladimir Poutine « n'est pas reconnu pour pardonner à ceux qui divulguent des secrets d'État ». Pour le Washington Post, la meilleure solution serait désormais de condamner Snowden pour espionnage, ou au moins qu'il accepte sa responsabilité pénale, quitte à obtenir un aménagement de peine. Pour le moment, l'informateur encourt jusqu'à trente ans de prison aux États-Unis pour espionnage, vol et utilisation illégale de biens gouvernementaux.

« Le premier journal à...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Berg690 il y a 3 mois

    Cocasse n'est pas le mot... Mais bon Obama à bien eu le Nobel de la paix!