Le «système D» pour ne pas faire flamber son budget à Noël

le
0

Cadeaux communs, coupons de réduction sur Internet, fait maison... Les Français ont plusieurs stratégies pour dénicher les meilleurs prix et optimiser leurs dépenses de Noël.

Plus d'un Français sur deux (56%) finit par dépasser le budget qu'il s'était fixé pour les achats de Noël, selon une étude réalisée par YouGov pour le site Ma-reduc.com. «La nécessité de maîtriser leur budget a conduit les Français à trouver des stratégies différentes pour continuer à se faire plaisir», commente Anne-Marie Schwab, directrice générale de Ma-Reduc.com. Des astuces bien souvent proposées sur Internet, où les consommateurs savent que les réductions de prix ne sont «plus limitées aux périodes de soldes».

• Le cadeau de Noël commun entre dans les moeurs

«Les Français privilégient à présent la qualité des cadeaux qu'ils font, à la quantité», explique Cyril Chiche, président cofondateur de Lydia, une société de paiement mobile et de cagnotte en ligne. Son site Cagnotte.me franchit ainsi la barre des 1000 nouveaux inscrits chaque jour depuis quelques semaines. Selon le dirigeant, «25 à 30% des cagnottes en cours sont pour financer des cadeaux communs de Noël». Le budget oscille entre 150 et 1000 euros. «Beaucoup de cadeaux sont des produits électroniques chers, comme des tablettes, ou des voyages.» Cyril Chiche se dit lui-même «surpris» de l'essor de ce nouvel usage de la cagnotte, un outil généralement utilisé pour des anniversaires, mariages, enterrements de vie de jeune fille, cadeaux de départ au travail, etc ... «Le cadeau de Noël est toujours plus personnel», souligne Benjamin Bianchet, directeur marketing de Leetchi.com qui, lui, ne constate pas «d'explosion» de créations de cagnotte à Noël. Selon lui, «l'utilisation de la cagnotte grimpe en général». Dans le contexte budgétaire actuel, les avantages des cadeaux communs sont nombreux: faire un cadeau d'un montant plus important, participer en fonction de son budget ou éviter les doublons.

• Codes promos, bons de réduction et offres de cashback: des sites spécialisés en «bons plans»

De plus en plus d'enseignes cassent elles-mêmes leurs prix sur Internet, via des promotions ou autres bons de réduction. «La recherche du coupon de réduction en ligne s'est banalisée», explique Anne-Marie Schwab, directrice générale de Ma-Reduc.com. Un «réflexe code promo» qui augmente à Noël, «de semaine en semaine jusqu'à 3 ou 4 jours avant la date fatidique», confirme Renaud Vaillant, PDG du site Radins.com, qui enregistre un pic de 50% de fréquentation en décembre par rapport à une période «normale». Les promotions sur les jouets ou sur les cadeaux, par exemple chez Amazon ou la Fnac, sont les plus recherchées. «Ce sont des produits qui valent plus cher et sur lesquels la concurrence promotionnelle est forte toute l'année», souligne Renaud Vaillant. «Les consommateurs peuvent réaliser des économies de 7 à 10% sur ces produits, ce qui pèse sur un gros panier de Noël.» De belles réductions sont aussi proposées à Noël sur la beauté (20-30%) ou la mode (10-15%). Outre le «couponing», le modèle du «cashback» émerge actuellement en France. La réduction ne se fait pas cette fois en amont, mais une fois le produit acheté. D'après le site eBuyClub, le prix moyen d'un caddie de jouets à Noël est de 230 euros. Les offres de «cashback» font baisser la facture à 207 euros, soit une économie de 23 euros.

• Le cadeau d'occasion n'est plus tabou

L'achat-vente entre particuliers a explosé. Notamment sur Internet, grâce à des sites comme PriceMinister, eBay ou leBoncoin.fr. «Les Français font plus attention à leur porte-monnaie aujourd'hui qu'il y a 10 ans», affirme le groupe PriceMinister-Rakuten, qui vient de publier les résultats de son baromètre annuel des achats d'occasion avec La Poste. En 2006, 34% des Français achetaient en ligne à des particuliers, ils sont 47% en 2015. Côté vendeurs, le pourcentage a bondi de 28% à 44% en 10 ans. «Le commerce entre internautes est aussi le moyen de compléter ses revenus, de s'acheter plus de choses», relève l'étude. La période de Noël ne fait pas exception. «Ce sont surtout les produits ‘comme neufs', souvent encore sous blister, ou n'ayant jamais servi, qui sont achetés pour les cadeaux de Noël», précise-t-on chez PriceMinister. Le site s'attend à «un fort pic d‘achats dimanche prochain, le 13 décembre, ainsi que le mercredi suivant, le 15 décembre». En 2015, le top 5 des produits d'occasion les plus achetés est dominé par les livres (34%), suivis des vêtements (19%), jouets et puériculture (17%), meubles (15%) et jeux vidéo (7%).

• Déco, cadeaux, sapin ... pourquoi pas faire soi-même?

Le «fait maison» est toujours un bon plan anti-crise. En témoigne le nombre d'ateliers cuisine, tricot, déco ou encore bricolage qui ont vu le jour en France ces dernières années. «Si Noël rime surtout avec famille et cadeaux, c'est aussi l'occasion d'être malin et bricolo», assurent Christian Raisson et Philippe de Chanville, cofondateurs de ManoMano.fr, une place de marché spécialisée dans le bricolage et le jardinage, dans un communiqué. «Le Do It Yourself (fait-main) est une pratique de plus en plus répandue en France et nous sommes les premiers à penser que cette tendance doit encore se démocratiser vu tous les bénéfices apportés.» À partir de rouleaux de papier essuie-tout, boites de fromage ou petits pots, le site offre «quelques suggestions très simples et peu coûteuses» à créer soi même: guirlande, bougies, papiers cadeaux, jeux de société «home made»...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant