Le sursaut dans la rue, dans les kiosques... et dans les urnes ?

le
0
Le jour de la marche historique, le président François Hollande a reçu à l'Élysée d'anciens présidents et Premiers ministres de droite.
Le jour de la marche historique, le président François Hollande a reçu à l'Élysée d'anciens présidents et Premiers ministres de droite.

France Inter : Les tragédies de la semaine dernière vont laisser leur empreinte dans la vie politique... Cela va se voir à quoi ? Charlotte Chaffanjon : D'abord, et malgré ce que certains espéraient, cela va assez peu se voir sur la question de l'union nationale à terme. Après l'émotion des premiers jours, chacun commence doucement à reprendre sa place dans le débat. En revanche, il y a comme un climat nouveau, dominé par ce qu'on peut appeler "l'esprit du 11 janvier", et que nos femmes et hommes politiques ont tout intérêt à faire perdurer. Il n'est pas question pour la droite de faire une standing ovation au Premier ministre toutes les semaines, ou pour François Hollande de recevoir Nicolas Sarkozy tous les jours au petit-déjeuner. La politique va reprendre ses droits, avec l'examen de la loi Macron, par exemple. Mais chacun va devoir être à la hauteur de l'Histoire : dialoguer de manière civilisée, sans être dans une opposition bête et méchante, systématique et irrationnelle. C'était agaçant avant, cela devient injustifiable. D'ailleurs, avec le consensus qui se dégage derrière les mesures de lutte contre le terrorisme que le gouvernement veut mettre en place, il y a ce sens de la responsabilité qui domine. Ensuite, et là je vous préviens, difficile d'être plus terre à terre, il va y avoir une analyse à faire de la perception par les Français de la gestion de crise. Et le gouvernement s'en sort plutôt...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant