Le smic augmentera de 0,8% en 2015, pas de coup de pouce

le
0
HAUSSE DU SMIC DE 0,8% AU 1ER JANVIER, PAS DE COUP DE POUCE
HAUSSE DU SMIC DE 0,8% AU 1ER JANVIER, PAS DE COUP DE POUCE

PARIS (Reuters) - Le salaire minimum augmentera de 0,8% le 1er janvier en France, soit l'évolution résultant de la formule d'actualisation, le gouvernement ayant décidé de ne pas lui donner de "coup de pouce".

Le taux horaire passera à 9,61 euros brut contre 9,53 depuis le 1er janvier 2014, soit 1.457,52 euros brut mensuels désormais sur la base d'une durée hebdomadaire du travail de 35 heures, précise le ministère du Travail dans un communiqué.

C'est la plus faible hausse du salaire minimum interprofessionnel de croissance, créé en 1970, depuis qu'il existe, souligne Dominique Barbet, économiste chez BNP Paribas CIB.

Le ministre des Finances, Michel Sapin, avait confirmé début décembre qu'il n'y aurait pas de coup de pouce, expliquant : "On ne va pas aujourd'hui se battre pour faire en sorte que les entreprises puissent maîtriser leurs coûts et d'un autre côté l'augmenter de manière indifférenciée pour l'ensemble des entreprises".

Le smic avait été augmenté de 1,1% au 1er janvier 2014.

L'absence de coup de pouce ces dernières années, à l'exception de celui décidé dans la foulée de l'élection présidentielle de 2012 après cinq ans d'application stricte de la formule d'évolution, "montre que les gouvernements, quelle que soit leur couleur, ont compris les conséquences négatives du haut niveau du salaire minimum sur la compétitivité et l'emploi", ajoute Dominique Barbet.

Le smic avait été revalorisé de 2,0% le 1er juillet 2012, dont 0,6% de coup de pouce.

La revalorisation du smic en 2014 a bénéficié à plus de 1,6 million de salariés (hors apprentis et intérimaires) des entreprises du secteur concurrentiel, soit 10,8% d'entre eux, selon la Dares, la division statistiques du ministère du Travail.

L'évolution du smic est calculée à partir de celle de l'indice mensuel des prix à la consommation hors tabac des ménages du premier quintile de la distribution des niveaux de vie, augmentée de la moitié du gain de pouvoir d'achat du salaire horaire moyen des ouvriers et des employés.

(Jean-Baptiste Vey, édité par Yann Le Guernigou)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant