Le roi des surgelés Picard mis en vente

le
0

Alors qu'il envisageait une possible introduction en Bourse pour Picard, la société d'investissement Lion Capital aurait décidé selon Les Echos de mettre en vente Picard, qui a 920 établissements en France, pour un chiffre d'affaires de 1,4 milliard d'euros.

Quatre ans après avoir racheté Picard à BC Partners, la société d'investissement britannique Lion Capital préparerait actuellement la revente du roi français des surgelés, selon les informations des Échos. Une banque aurait même d'ores et déjà été mandatée pour étudier la question, et les meilleures alternatives stratégiques à adopter pour Picard, qui compte 920 magasins en France. L'enseigne génère 1,4 milliard d'euros de chiffre d'affaires et vend un moelleux au chocolat - l'un de ses produits phares - toutes les 6 secondes.

Une décision qui aurait pu être radicalement différente. Selon Les Échos, Lion Capital - qui est également propriétaire du groupe Findus - aurait plutôt envisagé une introduction en Bourse de Picard. Des propos qui ont été nuancés par Picard, qui a déclaré ne pas avoir «sérieusement étudié cette option.» Désormais, Lion Capital laisse ouvertes trois possibilités: la vente à un autre fonds d'investissement, une mise en Bourse «si le marché se retourne», ou la cession à un industriel ou un à un distributeur ayant les épaules assez larges pour poursuivre l'essor à l'international. Cette mise en vente de Picard intervient juste après l'annonce de la décision de Nestlé de mettre en vente ou d'ouvrir le capital de Davigel, spécialiste des surgelés pour la restauration commerciale et collective.

De son côté, Picard reste sur ses gardes, et s'attend à toutes les possibilités. Le groupe de surgelés a annoncé il y a peu son implantation au Japon, épaulé par le géant local de la distribution Aeon. Un nouveau cap pour le groupe, qui demeure assez peu développé à l'international. Son patron Philippe Pauze dit désormais vouloir s'attaquer à la Suisse, au Luxembourg et au Canada. Il ne cache pas ses ambitions: d'ici cinq ans, il souhaite que Picard fasse 10 à 15% de son chiffre d'affaires à l'étranger.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant