Le roi belge de la bière s'exile en Suisse

le
1
L'exil en Suisse d'Alexandre van Damme, l'une des plus grosses fortunes de Belgique, représenterait une perte de 70 millions d'euros par an pour l'État belge.
L'exil en Suisse d'Alexandre van Damme, l'une des plus grosses fortunes de Belgique, représenterait une perte de 70 millions d'euros par an pour l'État belge.

Décidément les Belges ne font rien comme les autres. Alors que des grosses fortunes françaises s'exilent dans le plat pays, Alexandre van Damme, parmi les Belges les plus riches, vient, lui, de quitter son pays pour s'installer en Suisse. Pour des raisons de sécurité ... ou de fiscalité ?

Un géant de l'industrie

Le Belge détient 2,5 % du groupe AB InBev, spécialisé dans la bière. Cet immense conglomérat industriel dans l'agroalimentaire, dont il est l'un des directeurs, réalise chaque année un chiffre d'affaires de 70 milliards de dollars. Il possède également des participations dans d'autres groupes comme Burger King ou Douwe Egbers. Sa fortune estimée entre 6 et 9 milliards, selon la RTS.

Son départ pour la commune Chéserex dans le canton de Vaud représenterait une perte de 70 millions d'euros par an pour l'État belge. Un contribuable précieux, présenté par certains médias, comme la première fortune belge.

Une question de sécurité ... et un système fiscal plus avantageux

Il n'est pas le premier industriel à s'exiler en Suisse. Les lacs helvétiques ont déjà séduit certaines familles de grands groupes (notamment les Wertheimer propriétaires de Chanel et les Peugeot pour les françaises).

La RTBF évoque des raisons de sécurité ? après les attentats de Bruxelles en...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • brinon1 il y a un mois

    l'instabilité fiscale française étant contagieuse en Belgique, de même que l'alignement progressif de la fiscalité belge belge sur la fiscalité française (l'ISF francais étant bientôt supprimé), enlève tout intérêt particulier à une résidence fiscale belge et donc entraine un flux migratoire inverse, d'autres pays outre la Suisse, proposant un compromis fiscal plus intéressant..