Le retour de la machine à couacs

le
0
François Hollande et Manuel Valls le 14 novembre, au lendemain des attentats qui ont ensanglanté Paris. 
François Hollande et Manuel Valls le 14 novembre, au lendemain des attentats qui ont ensanglanté Paris. 

On croyait la machine à couacs remisée dans le débarras des luxes inutiles du gouvernement socialiste. Après les deux ans de Jean-Marc Ayrault à Matignon durant lesquels, chaque semaine, les contradictions et les règlements de comptes volaient en escadrille, une des missions de Manuel Valls était de remettre de l'ordre dans le gouvernement, d'imposer une ligne, de s'y tenir et de mettre tout le monde au pas. Delphine Batho, Arnaud Montebourg, Aurélie Filippetti et Benoît Hamon, incrédules face à ce changement de pied, l'ont payé de leur vie ministérielle...

Le courroux de Royal

Mais est-ce la trêve des confiseurs ? La douceur climatique ? Une digestion plus lourde qu'attendu de la bûche de Noël ? La cacophonie gouvernementale bat son plein. Le préfet de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur a signé mardi le renouvellement pendant six ans de l'autorisation, donnée à la société Alteo, de rejeter des boues rouges au c?ur du Parc national des Calanques, dans les Bouches-du-Rhône. Quinze jours après la tenue de la COP21 à Paris, dont on n'a cessé de nous dire qu'elle était la prise de conscience mondiale des dangers du réchauffement climatique et de la pollution généralisée, voilà une singulière inflexion des urgences du début du mois...

Ségolène Royal, qui ne fait jamais contre mauvaise fortune bon c?ur, s'est fendue d'une réaction sanguine : « L'ordre est venu du Premier ministre au préfet,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant