Le régime des intermittents du spectacle sanctuarisé

le
8
LE RÉGIME DES INTERMITTENTS DU SPECTACLE SANCTUARISÉ
LE RÉGIME DES INTERMITTENTS DU SPECTACLE SANCTUARISÉ

PARIS (Reuters) - Le projet de loi sur la modernisation du dialogue social sanctuarise le régime d'assurance chômage des intermittents du spectacle, objet récurrent de débats et de conflits sociaux.

Le code du travail stipulera désormais que la spécificité des métiers du cinéma, de l'audiovisuel et du "spectacle vivant" justifie des "règles spécifiques d'indemnisation" annexées à la convention d'assurance chômage.

"Les partenaires sociaux représentatifs de l'ensemble des professions du spectacle seront invités à négocier entre eux ces règles spécifiques" sur la base d'un document de cadrage discuté au niveau interprofessionnel, lit-on dans l'exposé des motifs.

Ce document fixera les objectifs de la négociation en termes de trajectoire financière de l'assurance chômage et de règles communes à l'ensemble des demandeurs d'emploi.

Les organisations interprofessionnelles, syndicales et patronales, ne reprendront la main qu'en cas d'échec de ces négociations spécifiques aux métiers du spectacle.

"Le rôle de chacun est ainsi pleinement respecté et tous auront à assumer leurs responsabilités", fait valoir le gouvernement dans l'exposé des motifs.

(Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9244933 le mardi 7 avr 2015 à 16:45

    Intermittents: 200 millions de cotisations chômage, 1200 millions d'allocations chômage. Le milliard de différence est payé par les autres salariés du régime général. Qui, eux, doivent travailler bien plus que 510 h par an pour avoir droit au chômage quasiment le reste de l'année. Ou comment faire payer un milliard de subventions à la Culture par les salariés du privé qui très souvent n'ont pas l'argent pour aller voir des spectacles.

  • M4333993 le mardi 7 avr 2015 à 15:57

    Purement scandaleux !

  • janaliz le mardi 7 avr 2015 à 15:38

    Bon ! Il va y avoir du boulot en 2017 pour abroger toutes ces ignominies quand on les rapporte à la situation des salariés de droit commun ! Et peut-être pourra-t-on traduire en justice pour abus de bien sociaux les auteurs de ces inepties économiques.

  • cleguede le mardi 7 avr 2015 à 14:11

    Encore l'égalité vue par les socia lopesEt l'abolition des privilèges ça leur dit qq chose (1789)

  • V.BENACE le mardi 7 avr 2015 à 13:52

    Qui paye pour eux??? Sont-ce les députés qui rognent sur leurs indemnités??

  • M9035148 le mardi 7 avr 2015 à 13:47

    UNE HONTE

  • M4661438 le mardi 7 avr 2015 à 13:45

    Une honte supplémentaire pour notre pays !

  • M940878 le mardi 7 avr 2015 à 13:41

    ah ces intermittents du travail , encore une caste