Le rassemblement, oui, mais pas pour tout le monde !

le
0
Matthieu Chartraire, élu Mister Gay 2015, se sent proche du FN, plus que de tout autre parti.
Matthieu Chartraire, élu Mister Gay 2015, se sent proche du FN, plus que de tout autre parti.

Deux petites brèves piochées dans l'actualité de ces derniers jours qui montrent à quel point le rassemblement, ce mot valise que chaque homme politique prononce au moins dix fois par discours, est à géométrie (très) variable. Le 31 décembre, des responsables des jeunes de l'UMP ont célébré le passage en 2015 avec des "amis" du Front national. Étaient présents à cette soirée le vice-président du parti frontiste, Florian Philippot, ainsi que Pierre Gentillet, président des jeunes de la Droite populaire, mais aussi Maxime Duvauchelle et Alexandre Moustafa, deux conseillers nationaux de l'UMP, et plusieurs personnalités du FN et du FNJ, notamment le secrétaire départemental de Seine-Saint-Denis Jordan Bardella. Ce réveillon déclenche la colère du Parti socialiste, qui demande à Nicolas Sarkozy et Alain Juppé de se démarquer de cette soirée pourtant anodine. On avait cru pourtant comprendre qu'au même moment, ou presque, le président de la République appelait ses "chers compatriotes" à "en finir avec le dénigrement et le découragement" et à cesser de se déprécier et de se quereller. Un voeu pieux qui a déjà fait long feu...

Cette histoire est "grotesquissime". N'y a-t-il pas des sujets plus importants, plus essentiels au redressement de la France ? Comment peut-on vouloir le rassemblement le 31 décembre et pointer du doigt deux jours plus tard une trentaine de jeunes qui festoient ensemble ? L'éternel argument du fascisme rampant...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant