Le Qatar s'empare d'un quartier d'affaires londonien pour 3,5 milliards d'euros

le
0

VIDÉO - Le Qatar remporte la bataille pour racheter le nouveau quartier londonien des affaires de Canary Wharf. L’offre de rachat à 2,6 milliards de livres (3,5 milliards d’euros) a convaincu les principaux actionnaires.

Et à la fin de la bataille financière, le Qatar l’emporte. Une fois de plus, à coup de surenchère, le fonds souverain de l’émirat pétrolier (Qatar Investment Authority) finit par s’offrir sa proie, en l’occurrence le quartier londonien des affaires de Canary Wharf. La première offre qatarienne, à 3 milliards d’euros, avait été refusée en fin d’année dernière par le propriétaire des lieux, Songbird Estates, estimant que cette offre ne reflétait pas «la pleine valeur de la Société, sa position unique et son potentiel de croissance future».

Au final, c’est une OPA de quatre milliards de dollars (3,5 milliards d’euros) menée par la Qatar Investment Authority (QIA) et son associé, l’investisseur américain Brookfield Property Partners, qui vient d’être acceptée ce mercredi. L’offre, de 350 pence par action dispose maintenant du soutien d’actionnaires représentant au moins 86 % du capital. Le Qatar possédait déjà 28,6 % du capital de Songbird, qui détient de son côté la majorité des parts de Canary Wharf Group, propriétaire du quartier du même nom.

Songbird continue cependant d’estimer que la proposition de rachat sous-évalue l’entreprise, qu’elle estime plutôt à 381 pence par action. Mais la société recommande l’offre malgré tout compte tenu des circonstances. Le conseil d’administration avait en effet recherché un autre repreneur potentiel, prêt à payer plus cher, mais en vain.

Parfois présenté comme une seconde City, le quartier de Canary Wharf compte 1,5 million de mètres carrés de bureaux construits et les promoteurs en prévoient un million supplémentaire. Cet ancien quartier de docks en bord de Tamise avait été redéveloppé dans les années 1980, profitant de la relative étroitesse de la City, le quartier des affaires traditionnel aux immeubles de taille modeste.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant