Le projet santé de Fillon s'invite dans le débat politique

le
32
LE PROJET SANTÉ DE FILLON SOUS LE FEU DES CRITIQUES
LE PROJET SANTÉ DE FILLON SOUS LE FEU DES CRITIQUES

PARIS (Reuters) - Le programme santé de François Fillon s'est invité dans le débat politique vendredi à deux jours du second tour de la primaire de la droite et du centre, en se retrouvant sous le feu des critiques de ses détracteurs qui y voient une rupture avec le principe de solidarité de l'assurance maladie.

Les échanges au cours de cette primaire organisée en vue de l'élection présidentielle de 2017 s'étaient jusqu'à présent essentiellement concentrés autour des questions sociétales (mariage pour tous, avortement), du nombre de fonctionnaires ou de la politique étrangère.

Les deux candidats avaient regretté lors du deuxième débat télévisé la semaine dernière de ne pas avoir eu l'occasion de s'exprimer sur la réforme du système de santé, un sujet jugé "fondamental" par Alain Juppé.

Jeudi soir, lors de l'ultime débat, François Fillon, donné favori pour remporter l'investiture présidentielle dimanche, a appelé à "désétatiser" le système de santé français.

A l'heure où le déficit du régime général de la sécurité sociale devrait atteindre 3,4 milliards d'euros cette année, l'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy a souhaité qu'elle se concentre "sur les risques principaux".

Il faut "focaliser l’assurance publique universelle notamment sur les affections graves ou de longue durée, le panier de soins 'solidaire', et l’assurance privée sur le reste, le panier de soin 'individuel", peut-on lire dans le volet santé de son programme présidentiel.

"Les moins favorisés ne pouvant accéder à l’assurance privée bénéficieront d’un régime spécial de couverture accrue. Les patients seront responsabilisés par l’introduction d’une franchise maladie universelle dans la limite d’un seuil et d’un plafond".

"PRIVATISATION DE LA SANTÉ"

Ce transfert aux assurances complémentaires de la prise en charge des soins courants, hors hospitalisation et affections graves a suscité l'indignation de Marisol Touraine.

"François Fillon, les mutuelles sont des organismes privés ! Vous proposez la privatisation de la santé. Assumez le !", a écrit la ministre de la Santé sur Twitter jeudi soir au moment du débat.

"J'ai fait chiffrer le programme santé de Fillon : chaque foyer paiera en moyenne 3.200 euros de plus par an pour se soigner", a-t-elle ajouté.

Vendredi matin, Alain Juppé, qui a croisé le fer ces derniers jours avec son adversaire sur les questions sociétales et internationales, a pris ses distances avec la mesure préconisée par le député de Paris.

"Je ne suis pas d'accord avec cette proposition qui consiste à augmenter la franchise non remboursée par l'assurance maladie pour transférer une partie du panier de soins à des mutuelles qui sont des assurances privées en réalité", a dit le maire de Bordeaux sur BFM TV RMC.

"Je pense qu'il y a d'autres solutions pour rétablir les équilibres de la sécurité sociale et je m'engage à maintenir le taux de remboursement si je suis élu", a-t-il ajouté.

"Comment faire des économies? On peut mieux gérer les caisses d'assurance maladie, on peut lutter contre la fraude, on sait qu'elle existe et qu'il y a des marges de manoeuvre considérables, on peut améliorer le fonctionnement dans notre système de soins, bref il y a d'autres solutions".

(Marine Pennetier, Sophie Louet et Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • surfer1 il y a une semaine

    La sécu pour les cancers, les crises cardiaques, les avc, mille fois OK. La sécu pour la bobologie, les hypocondriaques et les profiteurs, non ! Actuellement le contrat c'est la boite de calmant gratuite contre le chômage de vos enfants. Vous n'avez pas pas l'impression de vous faire avoir ?

  • surfer1 il y a une semaine

    Inutile de préciser que cette liste est sévèrement censurée par les représentants de la rente du médical et du paramédical qui se gavent sur votre dos rubrique "cout total employeur" , "mutuelle" ou encore "RSI". Tout ce qui déplait à la nouvelle rente française sera ici taillé à la serpe. Et tant pis pour vos enfants chômeurs qui eux seront soumis à la concurrence internationale avec toute la dette sociale accumulée pour seul patrimoine.

  • surfer1 il y a une semaine

    Ma voisine coûte au minimum 5000 euros par mois à la sécu (taxi X 20, infirmière X 60, médecin, hôpital de jour, médicaments). Elle admet volontiers que cette dépense pourrait être réduite à 300 euros mais cela nuirait à son "confort". Son argument est : "j'ai le droit donc je profite". Elle a 4 petits enfants au chômage et elle ne fait pas le rapprochement... Inutile de préciser que pendant ce temps les taxis infirmières etc. se frottent les mains

  • YTRAM il y a une semaine

    Hier j'avais une petite gripe j'ai été chez mon médecin , cela ne m'a pratiquement rien coûté ainsi que les médicaments qu'il m'a prescrit . Ensuite avec mon épouse nous avons été au Fouquets que je vous recommande ,là c'est vraiment cher ,heureusement que nous n'avions pas dépensé beaucoup pour soigner ma petite grippe . Mais il paraît que ce Fillon Ne voudrait plus nous rembourser sous prétexte que nous avons assez d'argent ,c'est un scandale

  • 300CH il y a une semaine

    va y "FIFI" 2 bal les au pot dimanche

  • M7181650 il y a une semaine

    Face au déficit, des comptes sociaux, Fillon a raison de vouloir donner la priorité au soin des vraies affections et de laisser à la charge du privé les petits bobos et les prescriptions de complaisance. Les traitements des affections de longue durée coûtent de plus en plus cher, il faut bien les financer. À moins de vouloir encore creuser la dette et de la laisser à nos enfants. La Suisse a un excellent système de santé, soigne bien ses citoyens et fonctionne ainsu.

  • marigary il y a une semaine

    Fillon le catholique veut faire payer les plus défavorisés ,les classes moyennes .Aimer son prochain comme l'économie de marché le souhaite.Belle mentalité.Comme les socialistes n'ont de socialiste que le nom ,Fillon n'a de catholique que le nom.

  • M8252219 il y a une semaine

    Il n'y a aucune raison valable à ce que les employés municipaux aient le statut de fonctionnaires.

  • jfvl il y a une semaine

    Les parasites de notre société se déchainent .....

  • e.thelen il y a une semaine

    Fillon ne doit pas se soucier, comme tous les autres profiteurs il ira , lui et les siens, se faire soigner à l'oeil au Val de Grâce avec nos contributions ! C'est la parole du Dieu de Fillon ; les pauvres iront au paradis !