Le projet pour Alstom présenté aux syndicats le 30 septembre

le , mis à jour à 18:03
7
UN PROJET GLOBAL POUR ALSTOM PRÉSENTÉ LE 30 SEPTEMBRE
UN PROJET GLOBAL POUR ALSTOM PRÉSENTÉ LE 30 SEPTEMBRE

PARIS (Reuters) - Le secrétaire d'Etat à l'Industrie, Christophe Sirugue, devrait présenter le 30 septembre aux représentants syndicaux du groupe Alstom un projet portant sur l'ensemble des sites du groupe et préservant l'activité de celui de Belfort, a déclaré mercredi à Reuters un délégué de Force ouvrière.

"Je viens d'apprendre de Bercy que la date retenue était à ce jour le 30 septembre pour une restitution sur le projet pour Belfort mais également pour Alstom en général", a dit Philippe Pillot, délégué syndical central de FO.

"C'est un projet global pour l'ensemble des sites, que ce soient les sites d'assemblage ou les sites de fabrication des composants", a ajouté ce responsable syndical.

Cette information n'a pas encore été à ce stade directement confirmée par le secrétariat d'Etat à l'Industrie ou Alstom, qui s'est recentré sur ses activités transport ferroviaire depuis la cession de sa branche énergie à General Electric.

Le gouvernement veut préserver l'activité du site de fabrication de locomotives de Belfort, dont la direction du groupe a annoncé le 7 septembre le transfert en Alsace en raison d'un carnet de commandes insuffisant pour les prochaines années.

Le sort du site de Belfort, où 400 emplois sont en jeu, s'est invité dans la campagne pour l'élection présidentielle de 2017. Ce dossier fait écho à l'échec du sauvetage des hauts-fourneaux de Florange (Moselle), devenu pour une partie de la gauche le symbole de l'impuissance du pouvoir socialiste.

Le gouvernement mise notamment sur la fourniture par Alstom de rames de TGV à la SNCF pour la liaison Paris-Turin-Milan et sur plusieurs appels d'offres en cours.

"La solution sera trouvée pour maintenir une activité", a assuré mercredi le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, interrogé par BFM TV et RMC.

CCE EXTRAORDINAIRE

"Les choses avancent et le ministre pourrait s'exprimer la semaine prochaine", renchérissait-on mercredi matin dans l'entourage du secrétaire d'Etat à l'Industrie, où l'on dit rester en étroit contact avec les syndicats du groupe.

Selon Philippe Pillot, le cabinet de Christophe Sirugue estime qu'Alstom "joue le jeu", dans les discussions en cours et que le projet sera "ficelé au milieu de la semaine prochaine".

D'ici le vendredi 30 septembre, plusieurs rendez-vous sont prévus. Le PDG d'Alstom, Henri Poupart-Lafarge, participera ainsi lundi à un comité central d'entreprise (CCE) extraordinaire, convoqué à la demande des syndicats au siège du groupe, à Saint-Ouen, près de Paris.

"Nous voulons que le PDG nous expose son point de vue sur Belfort et sur la stratégie économique du groupe", a expliqué à Reuters André Fages, délégué CFE-CGC. "Depuis l'annonce du 7 septembre, nous n'avons aucune information de la direction."

Selon Philippe Pillot, il sera question de la répartition de la charge de travail entre les sites du groupe, d'un complément éventuel d’expertise économique et de gestion sociale.

André Fages et une porte-parole du groupe jugent peu probable que des solutions soient annoncées dès cette réunion, qui sera suivie le lendemain d'un CCE ordinaire et d'une audition de Henri Poupart-Lafarge par la commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale.

"Il n'y aura donc pas de décision annoncée au CCE puisqu'on sera encore en discussion avec le gouvernement", a déclaré à Reuters la porte-parole d'Alstom.

(Emmanuel Jarry, avec Dominique Rodriguez et Simon Carraud, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • V.BENACE il y a 6 mois

    Le secrétaire d'Etat s'exprime comme si Alstom était nationalisé. Il n'y a pas mieux pour créer la zizanie dans cette entreprise dans laquelle le PDG semble ne plus rien avoir à dire...Dans le même temps, rien n'est dit sur le dépôt de bilan de Sotralenz où 1200 emplois sont menacés. Oui, mais les emplois sont menacés dans le nord de l'Alsace qui ne vote jamais "rose", pas plus que Reischoffen, contrairement à Belfort.

  • frk987 il y a 6 mois

    les rames pour le Lyon-Turin, le tunnel n'est même pas commencé, les rames seront rouillées avant d'avoir fait le premier km !!!!!

  • jmlhomme il y a 6 mois

    Comment peut on attribuer d'office des marchés publics sans appel à la concurrence, au moins européenne ? Comment voulez vous que la SNCF ne se fasse pas abuser ? Les dés sont pipés. Trop facile c'est nous qui payons les billets de train en final.

  • M7403983 il y a 6 mois

    Ce qui est tout de même extraordinaire dans cette affaire, c'est que le secrétaire d'Etat prend le pas sur le dirigeant de l'entreprise ... même avec 20% des droits de vote . Il est évident que les années futures ne se feront pas sous le parapluie de la distribution de billets à tout va ......

  • svtmh1 il y a 6 mois

    Il se réveille monsieur Providence

  • marty25 il y a 6 mois

    S'agit avant tout de gagner du temps jusqu'aux élections . car a coup sur les concurrents de Alstom et bruxelles ne vont pas laisser faire n'importe quoi ....

  • janaliz il y a 6 mois

    Tiens le titre a changé ! Maintenant, c'est "devrait".....