Le procureur saisi de l'affaire du vol des montres de l'Élysée

le
0
La justice se saisit de l'affaire des deux montres de luxe disparues à l'Élysée.  
La justice se saisit de l'affaire des deux montres de luxe disparues à l'Élysée.  

C'est désormais officiel, les collaborateurs de François Hollande ne retrouvent plus les deux montres de luxe laissées par Damien Loras, un des conseillers diplomatiques de Nicolas Sarkozy, dans un coffre du Palais au moment de l'alternance en mai 2012. C'est la réponse que Jean-Pierre Jouyet, le secrétaire général de l'Élysée, a fait parvenir au juge Roger Le Loire, du pôle financier du TGI de Paris, qui enquête sur le « kazakhgate ».

Alerté par l'enquête du Point

, alors que l'Élysée n'avait toujours pas répondu à la justice malgré une relance en mai dernier, François Hollande s'est empressé, lundi dernier en fin de journée, de saisir Ariane Amson, sa conseillère justice et ancienne substitut au Parquet national financier ? spécialisé dans les affaires politico-financières ?, afin qu'elle rédige la missive officielle de l'Élysée à destination du juge financier.

Quand Gaspard Gantzer assurait qu'elles étaient en possession de l'Élysée

Dans le même temps, le cabinet a saisi le procureur de la République François Molins, au titre de l'article 40 du Code de procédure pénale qui oblige tout fonctionnaire à dénoncer à l'autorité judiciaire un crime ou un délit dont il est le témoin. L'enquête a été confiée au 36 Quai des Orfèvres, le siège de la police judiciaire de Paris.

Depuis novembre 2015, le...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant