Le procès de l'affaire Zeitouni suspendu jusqu'à mercredi

le
1
LE PROCÈS DE L'AFFAIRE ZEITOUNI SUSPENDU JUSQU'À MERCREDI
LE PROCÈS DE L'AFFAIRE ZEITOUNI SUSPENDU JUSQU'À MERCREDI

PARIS (Reuters) - Le procès des deux Français impliqués dans la mort d'une jeune Israélienne fauchée par leur voiture en 2011 à Tel Aviv a été suspendu jeudi soir après que l'avocat d'un des deux prévenus a été agressé. Les débats reprendront mercredi.

Me Régis Méliodon, avocat du passager de la voiture, Claude Khayat, a été frappé au visage dans les toilettes du palais de justice, et se rendra à l'hôpital jeudi soir, a indiqué le président Jean-Marc Cathelin.

"C'est parfaitement scandaleux", a-t-il dit.

L'avocate du conducteur, Eric Robic, a dénoncé un "déchaînement de violence" à l'égard des prévenus.

"La famille est extrêmement déçue", a dit Gilles-William Goldnadel, avocat des parents de la victime. Ses clients doivent rentrer vendredi en Israël, et n'assisteront pas à la fin de procès.

Le 16 septembre 2011 à l'aube, Lee Zeitouni, professeur de gymnastique et de yoga de 25 ans, est percutée sur un passage piéton, dans le centre de Tel Aviv, par une voiture roulant "à très vive allure", selon l'accusation.

Les deux passagers du véhicule prennent la fuite et regagnent Paris. Les autorités israéliennes constateront son décès sur le lieu de l'accident.

Les deux prévenus, Eric Robic et Claude Khayat, ont déclaré jeudi à l'audience regretter leur "lâcheté".

"J'ai entendu le bruit, j'ai vu le choc, j'ai regardé dans mon rétro (...) j'ai vu le corps voler", a dit Eric Robic, qui était au volant au moment des faits. "J'aurais dû m'arrêter (...) j'ai été lâche."

Le passager, Claude Khayat, s'est également dit "lâche" et a demandé pardon à la famille de la victime.

Eric Robic, 40 ans, père de trois enfants, sortait de boîte de nuit au moment des faits. Il est jugé pour homicide involontaire aggravé et non-assistance à personne en danger. Il encourt jusqu'à dix ans de prison et 150.000 euros d'amende.

Claude Khayat, 35 ans, quatre enfants, est quant à lui poursuivi pour non-assistance à personne en danger. Il risque jusqu'à cinq ans de prison et 75.000 euros d'amende.

Les deux hommes sont actuellement en détention provisoire, à Fresnes pour le premier, et à Fleury-Mérogis pour le second, dans le cadre d'une instruction pour escroquerie en bande organisée et blanchiment dans le secteur des véhicules.

Tous deux ont déjà été condamnés, notamment pour des infractions graves au code de la route.

En 2011, cette affaire avait suscité la colère de l'opinion publique israélienne. Les parents de la victime espéraient initialement un procès en Israël mais se sont résignés à déposer une plainte en France, Paris n'extradant pas ses ressortissants.

(Chine Labbé, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • titresyl le jeudi 27 nov 2014 à 20:13

    nous allons voir qui sont les extrémistes et les fa.....tes