Le point sur le lundi de Pentecôte, journée de solidarité

le
0

En 2016, cela fait 12 ans que le lundi de Pentecôte existe en tant que journée de solidarité. Depuis 2004, cette journée est travaillée dans le but d’aider au financement de la prise en charge des personnes âgées.

Un jour de travail pour les personnes âgées

Le lundi de Pentecôte est à l’origine un jour férié. Mais au lendemain de la canicule de 2003, des failles ont été mises en évidence dans la prise en charge des personnes âgées. Le gouvernement, dans le but de financer de meilleurs dispositifs, a instauré le lundi de Pentecôte comme journée de solidarité. Le temps d’une journée, les employés travaillent sans être rémunérés. En outre, les chefs d’entreprise paient une contribution équivalente à 0,3% de la masse salariale brute.
Ainsi, en 2014, on estime que le lundi de Pentecôte a généré 2,46 milliards d’euros. Et au total, de 2004 à 2014, il aurait rapporté 23,5 milliards d’euros. Cet argent a été utilisé pour recruter du personnel ou réaliser des travaux dans les maisons de retraite, par exemple.

La plupart des salariés ne travaillent pas

Dans la pratique, le lundi de Pentecôte n’est pas travaillé à proprement parler. En fait, en 2014, une étude du groupe Randstad rapportait que seuls 20 à 30% des employés travaillaient effectivement ce jour-là. De plus, le même groupe rapportait que nombre de secteurs, comme le BTP, étaient à l’arrêt.
Ce constat ne signifie pas pour autant que le lundi de Pentecôte n’est pas respecté. En fait, un an après sa mise en application, en 2005, le comité de suivi en charge de la journée de solidarité avait recommandé d’assouplir son cadre.
Ainsi, 10 ans après, le lundi de Pentecôte est appliqué différemment par toutes les entreprises. Beaucoup d’employés puisent dans leurs congés ou leurs RTT. Ils travailleront donc un autre jour de l’année.
En outre, les employeurs ont une marge de manœuvre particulièrement large, surtout depuis la loi Leonetti de 2008. En se mettant d’accord avec les partenaires sociaux, ils peuvent librement choisir une date pour la journée de solidarité. C’est uniquement en l’absence d’accord que cette journée aura lieu le lundi de Pentecôte. Les chefs d’entreprise peuvent aussi proposer à leurs salariés d’étaler les 7 heures à assurer sur plusieurs jours, voire plusieurs semaines.

Trucs et Astuces

En tant qu’employeur, veillez à faire figurer clairement le lundi de Pentecôte sur la fiche de paie. Votre salarié ne doit pas avoir à se demander pourquoi une de ses journées de travail n’a pas été prise en compte.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant