Le Point politique : au PS comme à l'UMP, l'heure des démêlés internes

le
0
Jean-Christophe Cambadélis. © JOEL SAGET / AFP
Jean-Christophe Cambadélis. © JOEL SAGET / AFP

La majorité essuie, semaine après semaine, de nouveaux tourments. À l'Assemblée, les députés socialistes "frondeurs" menacent l'adoption du budget rectificatif 2014 en discussion à l'Assemblée, leur vote n'étant pas acquis, et ont pris la liberté d'amender le texte du gouvernement sans l'aval du groupe parlementaire. Il n'en faut pas plus pour déclencher l'ire de Bruno Le Roux, président du groupe PS à l'Assemblée, et de Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du parti, qui multiplient les remontrances publiques, creusant un peu plus le fossé entre eux et l'aile "rebelle" du Parti socialiste. Aux ennuis internes s'ajoutent les tourments économiques. L'objectif d'"inversion de la courbe du chômage", leitmotiv de la majorité tout au long de l'année 2013, semble avoir été oublié. L'heure est encore et toujours à la hausse du taux de chômage avec l'arrivée en mai de 24 800 chômeurs de catégorie A en plus. À droite, affaires en série À droite, les affaires se suivent et se ressemblent. La découverte d'un prêt de trois millions d'euros accordé par le groupe parlementaire UMP - à l'insu de ses membres - au parti a un temps éclipsé l'affaire Bygmalion. Le président du groupe Christian Jacob, sommé de s'expliquer par les députés, a toutefois conservé leur confiance après la tenue d'une réunion, tendue, mardi. Dans le même temps, le bureau politique a voté l'exclusion de Jérôme Lavrilleux, ancien directeur de cabinet de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant