Le plan Valls sur le logement : encore un effort

le
2
Manuel Valls entouré de Ségolène Royal et de Sylvia Pinel a présenté les nouvelles mesures pour le logement, vendredi.
Manuel Valls entouré de Ségolène Royal et de Sylvia Pinel a présenté les nouvelles mesures pour le logement, vendredi.

Comment renverser la tendance sans trop dépenser : c'est ce à quoi s'est employé Manuel Valls avec son plan de relance sur le logement. La construction neuve a chuté à 330 000 logements en 2013, et ce devrait être pire cette année, comme le reconnaît le Premier ministre. Elle est loin des 500 000 unités annoncées par François Hollande pendant sa campagne présidentielle. De même, les transactions dans l'ancien ont fondu comme neige au soleil. Avec à la clé toutes les conséquences : faillites d'entreprises du bâtiment, pertes d'emplois, baisse de TVA pour l'État et de droits de mutation pour les collectivités locales... Pour relancer le marché, le Premier ministre détricote complètement la loi Alur. Reconnaissant que "les conditions techniques ne sont pas réunies et ne le seront pas avant des mois", il suspend l'encadrement des loyers qui ne sera mis en place qu'à Paris à titre expérimental. Pour faire revenir les investisseurs privés, dont 40 % ont déserté le marché du neuf, Manuel Valls a annoncé la possibilité de réduire à six ans la durée obligatoire de location pour pouvoir bénéficier de la réduction d'impôt Duflot. Il permet également de louer à ses enfants ou ascendants dès lors qu'ils sont fiscalement indépendants. La première mesure est avant tout psychologique, car la durée de neuf ans n'était pas vraiment rédhibitoire. Empruntant souvent sur 15 ans, les acheteurs ont besoin de louer pour acquitter leurs...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gl060670 le vendredi 29 aout 2014 à 20:45

    ?????????????? pas facile tous les jours !

  • mhaag1 le vendredi 29 aout 2014 à 20:31

    Je croyais que la loi Duflot avait été votée par l'Assemblée nationale, qui comprend une large représentation de droite.C'est qui l'Adolphe qui ne l'applique pas, ou qui ne la fait pas revoter.Vive la démocratie nationale socialiste.