Le plan de relance routier serait financé par les péages

le
3
VERS UNE HAUSSE DE CERTAINS PÉAGES AUTOROUTIERS
VERS UNE HAUSSE DE CERTAINS PÉAGES AUTOROUTIERS

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Le nouveau plan de relance autoroutier, en discussion depuis cette semaine entre les concessionnaires et l'Etat, pourrait être financé par des hausses de péages sur les sections concernées par les travaux plutôt que par un allongement de la durée des concessions comme dans le précédent plan, a appris mardi Reuters de plusieurs sources proches du dossier.

L'Asfa (Association des sociétés françaises d'autoroutes) a transmis jeudi dernier une liste de projets de travaux routiers pouvant entrer dans le cadre du plan d'investissement évoqué fin juillet par François Hollande. Une première réunion entre les concessionnaires et les services de l'Etat s'est tenu lundi au secrétariat d'Etat aux Transports.

"Le financement n'est pas tranché mais on penche plutôt vers des investissements moyennant l'acceptation de hausses tarifaires", a déclaré à Reuters une des sources.

Le secrétariat d'Etat aux Transports a confirmé la réunion de lundi mais refusé de faire d'autre commentaire.

"C'est le bon sens qui parle", ajoute une autre source. "En cas d'allongement (des concessions), il faut passer par Bruxelles, ce qui est incompatible avec les exigences du président de la République."

François Hollande aimerait en effet voir les premiers travaux lancés dès le début de l'année 2017. Les services de l'Etat et les concessionnaires vont maintenant devoir sélectionner dans la longue liste de projets sur la table - représentant pas moins de dix milliards d'euros en tout.

Au final, le montant du nouveau plan devrait toutefois être inférieur au plan précédent lancé en 2015 (3,3 milliards d'euros en échange d'un allongement de deux ans et demi en moyenne de la durée des concessions).

Le plan de 2015, scellé après près d'un an de crise sur le niveau de rentabilité des autoroutes, comportait une vingtaine de grandes opérations surtout axées sur des élargissements de voies.

Les concessionnaires aimeraient que le nouveau plan porte cette fois sur le raccordement d'autoroutes aux grandes villes, secteur généralement non concédé au privé. Mais selon deux sources, l'Etat pourrait préférer de plus petites opérations très locales pouvant être lancées rapidement, comme l'amélioration de bretelles d'accès et d'aires de service.

Le quotidien Les Echos rapporte mardi qu'une autre réunion est prévue lundi prochain et que l'objectif est de réaliser les arbitrages définitifs en novembre.

Le mois de novembre est traditionnellement marqué chaque année par une polémique entourant l'annonce au Comité des usagers des hausses de péages envisagées sur les autoroutes françaises pour l'année suivante. Après un gel en 2015, les tarifs ont globalement augmenté à nouveau le 1er février dernier, d'un peu plus de 1%.

(Avec Dominique Vidalon, édité par Dominique Rodriguez)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • aerosp le mardi 6 sept 2016 à 18:39

    Les autoroutes construits depuis plus de 40 ans ont encore un péage exorbitant

  • bigot8 le mardi 6 sept 2016 à 18:03

    des esc rocs ces autoroutiers qui te font payer a 100% une prestation jamais correcte a cause de travaux de bouchons etc c est inadmissible moi si je vends un produit pas top je fais une ristourne

  • opelin le mardi 6 sept 2016 à 17:58

    L'idée de faire payer ceux qui l'utilisent et donc en profitent parait plus équitable que de faire payer tout le monde. Par contre il est urgent de rééquilibrer les prix par catégorie en fonction du poids réel. Quand on pense qu'un poids lourd de 38 tonnes ne paye que 5 fois plus qu'une moto de 300 kg ... Ah c'est vrai que j'ai oublié que seuls les poids lourds ont un lobby !!!