Le petit discours de la réforme de François Hollande

le
0
Ce n'est jamais simple de réformer, puisque nous sommes tous conscients que ce qui existe fait partie de notre vie et que ce qui n'existe pas encore peut la changer, a disserté le chef de l'État.
Ce n'est jamais simple de réformer, puisque nous sommes tous conscients que ce qui existe fait partie de notre vie et que ce qui n'existe pas encore peut la changer, a disserté le chef de l'État.

Alors qu'il inaugurait un institut de recherche à Paris, François Hollande en a profité pour se livrer à un éloge de la réforme un brin métaphysique. « Ce n'est jamais simple de réformer, a expliqué le chef de l'État, puisque nous sommes tous conscients que ce qui existe fait partie de notre vie et que ce qui n'existe pas encore peut la changer. »

« Nous devons réformer, oui, réformer », a-t-il insisté. Le président de la Tépublique n'a pas cité la réforme du droit du travail, objet pourtant de ses cogitations dominicales et qui passe aujourd'hui un examen de passage décisif. Il parlait de la réforme de l'« organisation de la recherche » à l'occasion de l'inauguration de l'Institut Pierre-Gilles de Gennes. Ce nouvel institut est consacré à une science tout aussi nouvelle : la microfluidique. Saura-t-elle fluidifier les rapports sociaux ? Le président ne l'a pas dit non plus.

Comprendre et expliquer

Cette inauguration a également inspiré Anne Hidalgo. Faisant l'éloge des sciences humaines, la maire de Paris a déclaré « comprendre, ce n'est pas excuser ». Une pierre dans le jardin de Manuel Valls qui, évoquant les auteurs des attentats de janvier et novembre à Paris, avait estimé il y a quelques semaines que « pour ces ennemis qui s'en prennent à leurs compatriotes, qui déchirent ce contrat qui nous unit, il ne peut y avoir aucune explication qui vaille , car expliquer, c'est...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant